Influenceurs « nazillon » : Attention danger !

Dans la ligne droite des propos délétères tenus sur CNews par les éditorialistes… un relais sur le net, pas nette. MC

La vidéo YouTube de Papacito, mise en ligne le 6 juin 2021 et retirée depuis, intitulée « Le gauchisme est-il pare-balles ? » a mis en lumière l’étendue de la fachosphère sur Internet.

Il n’y a pourtant rien de neuf sous le soleil : Jean-Marie Le Pen avec le Front national a été l’un des premiers à s’emparer du Web pour mener campagne. Par la suite, divers sites et forums d’extrême droite ont éclos, avec pour chacun d’entre eux une tendance propre : royaliste, nationaliste, néonazie…

Si tous ces sites et leurs têtes d’affiche restaient jusqu’à peu confinés, l’expansion toujours plus grande de la Toile et l’arrivée des influenceurs politiques ont changé la donne. Aujourd’hui, la porosité est réelle entre les youtubeurs apolitiques qui réalisent des vidéos dites de « divertissement » et des vidéastes d’extrême droite.

Ces derniers sont d’ailleurs nombreux sur YouTube : Le Raptor dissident (706000 abonnés), Bruno Le Salé (213 000 abonnés), Caljbeut (574000 abonnés), Code Reinho (292000 abonnés), Valek Noraj (355000 abonnés), sans oublier Papacito (115000 abonnés) et beaucoup d’autres.

Bien qu’ils soient clairement identifiés comme se positionnant à la droite de la droite, cela n’empêche pas d’autres youtubeurs dits « mainstream » – peu ou pas portés sur la politique et avec un public allant de 7 à 110 ans – de collaborer avec eux.

En novembre 2020, par exemple, 10 personnalités d’Internat

(youtubeurs et streamers) se réunissent sur Twitch, plate-forme de streaming vidéo – c’est-à-dire un site qui permet de se filmer en direct en train de jouer à des jeux vidéo, de cuisiner, de pratiquer un instrument ou simplement de parler avec ses abonnés.

Nos 10 compères se retrouvent donc pour jouer à Among Us (qui revisite le jeu Loups-garous), très populaire en cette fin d’armée. Jusque-là, aucun problème… Sauf que, parmi les 10 joueurs présents, on retrouve Le Raptor dissident.

Ce dernier est bien connu de la fachosphère, et de nombreuses enquêtes journalistiques ont été écrites à son sujet. Antiféministe, anti-immigration, antiavortement, qualifiant les gauchistes de « tarlouzes », bien évidemment homophobe, Le Raptor, de son vrai nom Ismaïl Ouslimani, n’est pas un youtubeur anodin qui a pour vocation de traîner avec Aziatomik (2,1 millions d’abonnés), l’un des autres joueurs présents ce soir-là sur Twitch et qui réalise des podcasts humoristiques sur l’acné ou sur le baccalauréat.

En réunissant ainsi, pour quelques heures de déconnade, des personnalités suivies par des très jeunes et quelqu’un qui considère Marine Le Pen comme une gauchiste «mal habillée à la voix dégueulasse », on permet au spectateur peu formé politiquement d’oublier la dangerosité de l’extrême droite.

En témoignent, d’ailleurs, les réponses reçues par les spectateurs qui s’indignaient de cette collaboration d’un soir : « Il faut dissocier la personne des idées»; « On est dans une république, chacun a le droit d’avoir son point de vue politique et pourquoi l’extrême droite serait interdite ou censurée ? »; « J’ai vu le live je n’ai fait que rigoler c’était tellement drôle pourquoi vouloir toujours tout ramener à la politique ? »…

Pour répondre à cette dernière question, il suffit de citer

Paul Conge, auteur du livre Les Grand-remplacés. Enquête sur une fracture française (éd. Arkhê, 2020) : « Dans certaines franges des gamers, les 12-20 ans, on retrouve très souvent sur leurs espaces de discussion, sur les plateformes de jeux vidéo, des caricatures antisémites qui n’ont rien à envier à celles des années 30. Henry de Lesquen et Alain Soral sont cités abondamment par les jeunes et considérés comme des sortes de mentors. » Qui a bien pu porter à la connaissance d’un enfant de 12 ans l’existence d’Alain Soral?

Tout simplement son influenceur favori, qui, entre deux placements de produit pour un jeu sur mobile ou un thé minceur, s’est payé une bonne tranche de rigolade avec un nazillon qui finira par tirer sur un mannequin en plastique représentant un électeur de La France insoumise.


Lorraine Redaud. Charlie hebdo. 16/06/1021