L’actualité nourrit la création.

Plaisir d’avoir peur…

Avec une société brinquebalante, les créateurs veulent exorciser les frayeurs.

Est-ce que par les inquiétudes se multiplient en France que fleurissent avec tant d’originalité la création en tous genres et sur tous supports (photographes, séries, films, créations théâtrales, littératures).

Ils sont nombreux notamment les jeunes créateurs hexagonaux, à vouloir se frotter à un genre où ils mêlent allègrement critique sociale et regard politique.

On pourrait appeler ça la nouvelle « french touch » (pour éviter une redite du style « néo-nouvelle vague »).

Se nourrir de tout dans les continents en plein mouvement, c’est ce que font aujourd’hui aussi les photographes reporters témoins de la vie sociale de leurs différents pays.

Avec toutes ces collectes, il faudra bien un jour penser un lieu accueillant toutes ces nouvelles créations, une sorte de musée pluridisciplinaire du XXIe siècle.

Qui aura l’audace d’ériger un grand musée contemporain ?

Les gouvernants futurs devront y réfléchir longuement, mais dans tous les cas, il leur faudra prendre le temps contre l’hystérie mentale, intellectuelle et sociale du présent.


Article rédigé d’après une chronique de Fabienne Pascaud. Télérama N° 3727. 16/06/2021