C’est une alerte que nous lançons aujourd’hui…

… Selon Maud Vergnol, nous sommes dans un climat pré-fasciste…

Une alerte sur le climat politique d’une extrême dangerosité qui règne depuis quelques mois, aboutissement d’une prétendue « dédiabolisation » d’un parti d’extrême droite dont les représentants et les complices les plus zélés ont leur rond de serviette dans les médias.

Le climat des derniers jours, avec la diffusion d’une vidéo insoutenable d’un « ami » de monsieur Zemmour appelant au meurtre de militants communistes et insoumis, a fait franchir un cap dangereux à notre démocratie.

Ce terrorisme d’extrême droite à ciel ouvert, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, est donc prêt à passer à l’acte. Sans que cela n’émeuve outre mesure les grands démocrates autoproclamés de notre pays, à en lire certains de nos confrères.

Pire, par la voix de Raphaël Enthoven, idiot utile de Marine Le Pen, on apprend que Jean-Luc Mélenchon serait plus dangereux que la candidate d’extrême droite…

« Trump plutôt que Chavez », écrit le prétendu philosophe dans une version 2.0 du « Plutôt Hitler que le Front populaire ».

Oui, le fond de l’air est brun, et le confusionnisme dans lequel baigne le débat public ne va pas aider à le dissiper. Dans un tel climat, chacun doit mesurer la portée de ses paroles.

Chaque concession au logiciel idéologique de l’extrême droite est une munition supplémentaire donnée à Marine Le Pen. Emmanuel Macron porte une responsabilité majeure en enfermant le débat public dans son duel mortifère avec le RN.

À force de jouer avec le feu, plus que le danger pour le président lui-même de s’y brûler les ailes, c’est la démocratie qui risque de se consumer.

Les 20 et 27 juin 2021 : D’abord il faut se rendre dans les isoloirs et voter (l’abstentionnisme fait le lit de la droite), ensuite il s’agit de regarder de près les programme et de dégager l’horizon de ceux s’octroyant le paravent d’idéologie fascisante.