Pussypedia… !

… pour que les femmes se réapproprient leur corps !

Orgasme, ménopause, infections… Les femmes, faute d’éducation sexuelle digne de ce nom, ne connaissent pas grand chose à leur sexe.

Pour renverser la donne,  […] Zoe, María et Jackie viennent de mettre en ligne une encyclopédie de l’intime féminin. 

Quand on lui demande comment est née l’idée de Pussypedia, Zoe Mendelson répond en étouffant un petit rire gêné : « Je débattais avec mon copain de la question de l’éjaculation féminine. J’ai donc cherché sur Google si toutes les femmes étaient capables ou non d’éjaculer. »

La jeune femme ne trouve rien de concluant mais tombe sur un article scientifique qui lui apprend qu’il n’existe pas un orgasme vaginal et un orgasme clitoridien, mais bien un seul et même système de plaisir enclenché à des endroits distincts. « Je n’en revenais pas et je me suis dit que quiconque avait un vagin voudrait forcément avoir cette information ! »

D’où l’idée de créer Pussypedia, avec son amie María Conejo, une encyclopédie en ligne sur le sexe féminin […]

 […]

Au-delà de la pédagogie scientifique, les créatrices de l’encyclopédie ont l’intention d’appliquer à nouveau l’adage féministe selon lequel « l’intime est politique ».

« Le soulèvement que nous vivons actuellement est extrêmement encourageant pour l’émancipation totale des femmes et de leur corps, à laquelle nous souhaitons que Pussypedia participe, conclut Zoe Mendelson.

 […] , la connaissance de notre corps nous paraît essentielle car elle participe à la question centrale du consentement. Au-delà du viol, pourquoi est-ce si habituel qu’une femme quitte une relation sexuelle en pleurant parce qu’elle n’a pas su dire non ? Les hommes disent que le consentement n’est pas clair – c’est absurde. Si vous n’êtes pas sûrs, ne le faites pas. Mais ce que peuvent faire les femmes pour corriger cette dynamique, c’est apprendre, comme les hommes, à dire : “J’ai envie de baiser.” La raison pour laquelle nous ne le disons pas, c’est que l’on nous a appris à avoir honte de nos corps. Pour pouvoir dire “non”, nous devons être capables de dire “oui” davantage. Et pour pouvoir dire “oui”, il nous faut nous réapproprier nos corps. »


Romain Jeanticou. Télérama. Titre original : « Pussypedia, une “encyclopédie de la chatte” pour que les femmes se réapproprient leur corps »


Source (Extraits)