Entre possible et réalité !

Un impôt minimal mondial a franchi un nouveau cap hier lors du G7 Finances qui s’est déroulé à Londres.

Les « grands argentiers », qui se rencontraient en personne pour la première fois depuis le début de la pandémie, ont balisé le terrain pour une décision lors du G7 qui se tiendra du 11 au 13 juin 2021 qui, elle-même, devrait influencer le prochain G20 des ministres des Finances en juillet à Venise, avant une validation par les pays de l’OCDE.

La route est donc encore longue, d’autant qu’il faudra affronter les récalcitrants qui profitent du système fiscal actuel (au premier rang, desquels l’Irlande ici appuyée par Chypre et la Hongrie) et négocier les détails dans lesquels sont parfois noyées de généreuses réformes.

[…]

Le communiqué final du G7 finances fait état d’un objectif « d’au moins 15 %. » un taux qui resterait bien inférieur à celui pratiqué pour les entreprises dans la plupart des pays.

  • Quelles seront les entreprises concernées ?
  • Seulement les GAFAM ou un champ élargi de grandes entreprises ?
  • Selon le périmètre choisi, le surplus de recettes pour les États concernés peut varier de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Ce sera aux chefs d’État de trancher la semaine prochaine lors d’un G7 décisif.


Christophe Deroubaix

Source (Extraits)