Amazon est bien un gros dégueulasse

En France, les cavernes du monstre se multiplient, les colis livrés devraient passer de 229 millions en 2019 à 413 millions en 2021.

Il y aurait pour l’heure 21 entrepôts, mais le chiffre change chaque semaine ou presque. Encore Amazon n’est-il que la pointe avancée d’un système désormais surpuissant : l’e-commerce, cette vente en ligne qui pèse en France 112 milliards d’euros, en augmentation de 8,5% en 2020.

Le New York Times consacre une bonne enquête au sujet, sous un angle dont personne ne parle encore, la pollution de l’air (1). Le sud de la Californie concentre des milliers d’entrepôts géants, desservis par d’incalculables camions Diesel. Lesquels, bien que ne représentant que 2% du trafic routier, émettent une grande partie des particules fines et des gaz à effet de serre du secteur. Un petit groupe très soudé, le Center for Community Action and Environmental

Justice (ccaej.org), défend les intérêts des pauvres, des minorités, de ceux qui vivent près des autoroutes, des décharges, des incinérateurs. Et il vient de remporter une première victoire devant une agence régionale en charge de la qualité de l’air, qui gère aussi un réseau de capteurs d’air (2).

3 000 des entrepôts de la région, parmi lesquels cet infâme Amazon, devraient (l’affaire n’est pas encore terminée) nettoyer les émissions des dizaines de milliers de pots d’échappement qui empoisonnent l’air des gueux. On parle aux Amériques d’un prochain entrepôt atteignant la taille de Central Park, soit près de 400 hectares.


Fabrice Nicolino – Charlie Hebdo – 19/05/2021


  1. nytimes.com/2021/05/08/climate/e-commerce­warehouse-smog-regulation.html?smid=tw-share
  2. ccaej.org/post/ccaei-commends-scaqmd-s-adoption-of-a-strong-indirect-sources-rule