Des lits vides faute de soignants.

À l’APHP, on sait pousser les murs.

Le 16 avril, l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière a ouvert une quarantaine de lits dans son ancienne cafétéria !

Pas peu fier, Martin Hirsch, le directeur de l’APHP, s’est même fendu d’un tweet vantant « le self transformé en un temps record en salle de réanimation ».

Objectif : accueillir des patients pour une durée courte, en attendant que des lits se libèrent dans d’autres services de réa. Las ! l’opération est en train de faire pschitt…

Secrétaire général de la CGT de la Pitié-Salpêtrière, Asdine Aissiou explique : « On est déjà en sous-effectif dans le reste de l’hôpital, ça n’a aucun sens. Qui va faire tourner ce service ? » De fait, alors que celui-ci est ouvert depuis un mois, aucun lit de réa n’a trouvé preneur.

Les services sont pourtant toujours en tension…

« Les renforts extérieurs à l’hosto ne veulent plus revenir ! affirme une infirmière de la Pitié. La direction a même voulu mettre des infirmiers des services de chirurgie et de pédiatrie, mais ces derniers ne peuvent se passer de leurs effectifs ! » Parce que les autres maladies osent continuer pendant la pandémie ?

Contactée par « Le Canard », l’APHP a boudé ses questions. En attendant, les réas restent pleines et le personnel de la Pitié-Salpêtrière est toujours privé de dessert.

Article signé des initiales J. C. – Le Canard enchaîné. 12/05/2021