Journaliste candidat : un métier !

De LCI au RN, de « Marianne » au MoDem… Vive l’indépendance de la presse !

Effet imprévu du déconfinement : pour les régionales 2021, les journalistes-candidats sont de sortie ! Il semblerait que l’ex-consoeur Audrey Pulvar, qui avait quitté la profession quelques années avant de se lancer en politique et conduit aujourd’hui la liste PS en Ile-de-France, ait fait des envieux. En tout cas, ses émules ne perdent pas de temps.

A LCI, le présentateur Philippe Ballard (vingt-sept ans de service) a laissé ses collègues sur place en leur annonçant qu’il allait diriger la liste RN à Paris. La direction de la chaîne d’info de TF1, avec laquelle il négocie financièrement son départ (« C’est confidentiel », affirme-t-il au « Canard »), l’a appris cinq minutes avant l’annonce officielle.

Ce bon secrétaire CFTC du comité d’entreprise cachait son jeu depuis un moment. « J’ai toujours voté FN », raconte cet ancien adjoint (jusqu’en 2008) du maire UDF Jean-Jacques Jégou, au Plessis-Trévise (Val-de-Marne) : « Mondialisation, insécurité, immigration… Et puis, un jour, en plein Covid, j’ai découvert qu’on pouvait manquer de Doliprane, fabriqué en Chine et en Inde. Là, je me suis dit : « Ça suffit ! » »

Ballard de la dissimulation

En septembre 2020, Ballard adhère au RN sur Internet. Par SMS, il en informe Louis Aliot et Sébastien Chenu, devenus des potes dans les couloirs de LCI. « En octobre, j’ai rencontré Marine Le Pen. Je lui ai dit : « Je suis prêt à porter vos couleurs ! » » Dans la foulée, Jordan Bardella contacte la vedette… et lui refile Paris !

Un virus, deux Doliprane : à quoi ça tient, l’engagement au RN…

Mais la sidération est plus grande encore du côté de « Marianne », l’hebdo dirigée par Natacha Polony, qui vient de passer trois années à dézinguer le macronisme et à dérouler des manifestes pour gilets jaunes. Périco Légasse, rédacteur en chef « savoir-vivre » et époux de Polony, est candidat sur la liste du ministre macronien Marc Fesneau (MoDem), dans le Centre-Val de Loire.

Périco à la soupe

Sans doute a-t-il oublié ses tweets anti-Macron.

Celui-ci, par exemple, daté du 19 février 2020 : « Séparatisme ? Pour l’heure, le vrai séparatisme, c’est le macronisme en marche, dont le seul résultat réel est d’avoir réussi à séparer la politique et la confiance populaire, les institutions et les citoyens, la république et ses institutions. Il sait donc de quoi il parle… »

Et Périco sait de quoi il retourne (sa veste).

Sa candidature, il a tenté de la justifier lors d’une visioconférence mémorable avec la rédaction. Face à ceux qui exigeaient qu’il prenne un congé sans solde pendant les deux mois de campagne, Périco a poussé un cri de douleur (« Vous voulez que je fasse le tapin ? »), avant d’expliquer sans rire qu’il s’engageait aux régionales pour défendre les valeurs de « Marianne » et qu’il garantirait, avec son épouse, l’indépendance de l’hebdo.

Moyennement convaincue, la rédaction a bataillé une semaine sur les modalités de la mise en congé du journaliste.

Lundi 3 mai, elle votait encore un texte réclamant que la direction veille à « éviter le mélange des genres ». Il faut dire que, un mois plus tôt, Légasse avait signé un drôle de papier hagiographique sur le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie (20/3).

Vivement le prochain édito saignant de « Marianne » sur l’entre-soi macronien !


Article signé des initiales C. N. – Le Canard enchaîné. 05/05/2021