Des claques et des clics

Dans le cortège de la CGT du 1ᵉʳ Mai, il manquait non seulement les gros bataillons d’antan, mais aussi le service d’ordre des belles années. Cela fait déjà quelques manifs que ces costauds ont déserté.

Résultat : samedi dernier, en fin de cortège, des « éléments incontrôlés » ont pris pour cibles des militants et caillassé des camionnettes de la CGT sur lesquelles sont apparus des tags « CGT collabos ».

Black Blocs, fachos, gilets jaunes, ou un mélange des trois ?

Avant même le départ du cortège, rapporte « Le Monde » (4/5), Philippe Martinez, le secrétaire général, avait dû être « momentanément évacué (…) sous les cris de « syndicat de merde ! » ».

La CFDT ne risquait pas de telles avanies.

Sa direction avait convoqué ses troupes sur… Facebook, pour « échanger avec Laurent Berger (le secrétaire général) sur la façon dont les militants [avaient] vécu la crise sanitaire », explique « Le Parisien » (30/4) à propos de ce « 1ᵉʳ Mai uniquement numérique ».

Aucun incident à déplorer, pas la moindre incivilité…

On attend maintenant les chiffres : combien de connexions selon le syndicat et combien selon la Préfecture de police ?


Article non signé. Le Canard enchaîné. 05/05/2021