Des avis à ne pas suivre…

En matière de lecture, avant que d’écouter-lire un commentaire fut-il élogieux sur un livre particulier, il est prudent que le futur lecteur se fasse une pré opinion avant tout achat.

Suite à l’apparition d’un commentaire sur un roman érotique titré « Château rouge » (Junichi Watanabe), qui selon (aussi) la postface : citation:

Texte audacieux, à la construction rigoureuse et racontant une histoire qui se déroule entre le Japon et la France, il est considéré par le public asiatique comme un roman culte. Il offre aussi au lecteur français l’occasion de scruter les différences de perception entre Orient et Occident en matière de jouissance et de liberté.

Ouais, ben, une fois avoir lu cette postface, une fois avoir parcouru les 327 pages d’une écriture laborieuse peut-être du (certainement) à la traduction, une fois que vous aurez cherchée dans différentes phrases « les différentes perceptions entre Orient et Occident », une fois que vous aurez lue parmi les 327 pages quelques passages pseudo érotiques, à notre sens vous n’aurez jamais compris l’utilité d’un tel livre qui se voulait – qui se voudrait – expliquer la différence des mécanismes entre la jouissance féminine et masculine. Rien ne vaut l’écoute, le dialogue échangé, une vraie connaissance réciproque, du vécu…


Si vous voulez lire des livres érotiques, plongez-vous, replongez-vous, dans l’histoire d’O de Pauline Réage (un rappel le livre n’a rien à voir avec le pauvre film de Just Jaeckin), bien évidemment les ouvrages Marquis de Sade notamment les « Cent vingt journées de Sodome » « Justine, ou les Malheurs de la vertu » ou ceux d’Alina Reyes ou beaucoup plus ancien « Banquet » de Platon, aux chants de « Sappho », de « L’Art d’aimer » d’Ovide, ou le « Satyricon »