Un journalisme de flagornerie

Lundi 26 avril 2021, Bernard Tapie était l’invité du 20 h de TF1.

Alors que son procès en appel pour escroquerie doit s’ouvrir le 10 mai, l’ancien patron d’Adidas n’a été que brièvement interrogé sur cette affaire, le journaliste Gilles Bouleau préférant orienter l’entretien sur l’état de santé du prévenu. Une interview « compassion » fort complaisante.

Soupçonné d’escroquerie dans le cadre de la vente de l’entreprise Adidas, Bernard Tapie sera jugé en appel à partir du 10 mai. Invité au 20 h de TF1 lundi 26 avril, le prévenu n’a pas beaucoup été inquiété par le présentateur, ce dernier préférant le questionner sur sa maladie et sur le cambriolage dont il a été victime début avril. L’interview, publiée sur le site de TF1, est d’ailleurs titrée par une citation de Bernard Tapie : « Le combat contre le cancer conditionne votre existence et le bien-vivre de ceux qui vous entourent ». Un bon résumé de l’angle choisi par Gilles Bouleau.

Extraits :

  • – Gilles Bouleau : Dans la nuit du 3 au 4 avril dernier vous avez été victime avec votre femme Dominique, d’un très violent cambriolage, chez vous dans votre maison de campagne à une cinquantaine de kilomètres de Paris, quels souvenirs gardez-vous de cette nuit-là ?
  • Bernard Tapie préfère ne pas répondre.
  • – Gilles Bouleau insiste : Malgré tout, je ne peux pas ne pas vous poser une question. Vous avez été surpris par cette violence, par ces personnes qui s’en sont pris à vous et à votre épouse ?

L’invité répond n’avoir « rien fait pour mériter ça », demande à passer à un autre sujet, mais Gilles Bouleau en rajoute une couche : « Vous y retournez dans cette maison ? »

Bernard Tapie : « J’y retourne, mais pas encore ma femme. Voilà, c’est fini, merci. »

Plus incisif que jamais le présentateur du 20 h tient sa ligne :

Vous ne voulez pas, vous voulez aller sur un autre combat. Cet autre combat on le connaît, vous l’avez rendu public il y a quatre ans, c’est un combat contre une maladie dont on ne prononçait même pas le nom il y quinze ou vingt ans, c’est le cancer. Il y a des centaines de milliers de gens en France, quelle que soit leur opinion sur Bernard Tapie qui se disent : « Est-ce que face à ce combat-là, j’aurais le courage que lui a ? »

Dans cet entretien-confession, le journaliste met sur le même plan le cambriolage, le cancer et le procès à venir, évoqués comme des « épreuves de la vie » :

Il y a un autre combat. Le 10 mai, vous allez comparaître, après 25 ans de combat judiciaire dans cette affaire du Crédit-Lyonnais Adidas, on ne va pas revenir dessus dans le détail, est-ce que c’est votre dernier combat ? Est-ce que vous vous dites, je veux physiquement, intellectuellement, mentalement, être en forme, pour y être, pour affronter et pour aller au combat ?

Le spectateur n’en saura pas plus sur le fond de l’affaire du Crédit Lyonnais, qui occupe la justice depuis 25 ans. En revanche, il aura l’heur de connaître l’avis de Bernard Tapie sur la vaccination, une opinion dont BFM-TV se fait le relais.

Les propos de Bernard Tapie sont repris et commentés sur BFM-TV notamment dans « Le Live Toussaint » du 27 avril, et feront l’objet d’articles dans Nice Matin, Midi Libre, Paris Match et Le Point.

***

Alors que le procès en appel de Bernard Tapie s’ouvre le 10 mai, le présentateur du 20 h ne pose qu’une question sur cette affaire à son invité, préférant « ne pas revenir dessus dans le détail ». La plus grande partie de cette « interview-compassion » porte sur l’état de santé de Bernard Tapie et son « mental ». Un régal pour la presse people. Et du travail pour Acrimed…


Sophie Eustache – Acrimed (Lecture libre) – Source

5 réflexions sur “Un journalisme de flagornerie

  1. bernarddominik 30/04/2021 / 12:11

    Bernard Tapie est le pur produit de la Miterrandie, après avoir profité des faillites d’entreprises saines mais en défaut de trésoreries et abandonnées par les banques, pourtant nationalisées, il a été propulsé en politique où ses talents de vendeur de TV et ses méthodes dénuées de morale ont réussi face à des électeurs naïfs (j’ai vu comment il est devenu député de ma circonscription, suite à un accord secret avec Bruno Mégret du FN), rattrapé par ses combines mis en faillite, repêché par Sarkozy en mal d’électeurs suite à sa faillite économique (500 milliards de dette en 5 ans, le pire bilan financier en temps de paix), mais repêchage sujet à caution où la justice, plus politique que semaine, se partage entre indulgence et ignorance.

  2. bernarddominik 30/04/2021 / 12:12

    Justice plus politique que sereine

  3. velomaxou 30/04/2021 / 13:31

    Cette télé réalité avec un moribond me donne la nausée

    • Libres jugements 30/04/2021 / 17:33

      Avec un moribond ou pas la téléréalité est une lessiveuse des neurones.
      Attention danger.
      Amitiés
      Michel

  4. jjbey 30/04/2021 / 15:53

    Le cancer est une maladie terrible et l’on doit à de gens comme Tapie que les moyens mis à la disposition de la recherche médicale soient insuffisants et relèvent de la charité publique. Je ne me réjouis pas du tout de sa maladie mais je pense à ces travailleurs mis à la porte par ces vautours de la finance qui, comme Tapie, se sont enrichis sur les décombres de l’industrie française qu’ils ont produits. TF1 n’en parle pas de ces victimes du capitalisme triomphant même s’ils subissent les affres de cette maladie…………

Laisser un commentaire