Espionnage

Des taupes au journal « Fakir », pour protéger Bernard Arnault…

Espionner pendant près de deux ans (entre décembre 2013 et octobre 2015) le journal « Fakir », par exemple, notamment pendant la réalisation et la diffusion du film « Merci patron ! », consacré à LVMH et à son pédégé.

Comme le raconte un rapport de synthèse transmis, le 15 octobre dernier, par les flics à la juge d’instruction Aude Buresi, deux taupes ont infiltré l’équipe de François Ruffin, journaliste devenu, en 2017, député de La France insoumise.

A la manoeuvre : Squarcini. Grâce à « un système de sous-traitance en cascade », explique le rapport, celui-ci a fait appel à Hervé Séveno, un ancien flic reconverti dans l’intelligence économique. Lequel s’est appuyé sur Jean-Charles Brisard, expert autoproclamé en terrorisme.

Ce dernier a alors recruté Albert F., l’une de ses connaissances, qui est devenu bénévole à « Fakir » et a enrôlé à son tour Marlène M., une amie photographe dans le besoin.

Celle-ci a participé à de nombreuses activités du journal. Et a réalisé un bel exploit : filmer la projection de « Merci patron ! » avant sa sortie, afin de permettre à LVHM d’organiser la riposte.

Pour ce travail d’intérêt général, le groupe de Bernard Arnault a versé 2,2 millions à Squarcini.

Lequel a filé près de 450 000 euros à Séveno, qui en a rétrocédé à Brisard plus de 50 000. Albert F., lui a perçu 120 000 euros « pour, à l’évidence, d’autres prestations que celles réalisées » contre « Fakir », indique le rapport.

Très généreux, il a refilé entre 3 000 et 4 000 euros à sa copine.

La pauvre, paraît-il, était persuadée d’être rémunérée afin de « contribuer aux missions des services de renseignement français ».

Une trahison patriotique, en somme…