Le livre que vous ne lirez certainement pas…

Jamais l’américaine Jeanine Cummins n’aurait pu imaginer la tempête qui allait accompagner la parution, en janvier, de son roman American Dirt aux États-Unis.

« J’étais une autrice de second rang et je n’avais jamais reçu auparavant une grosse somme d’argent pour un livre. Mes trois premiers ouvrages avaient eu un succès modeste. Je pensais que ce roman serait accueilli de la même façon », raconte la romancière.

Comme elle se trompait !

American Dirt, qui relate la fuite vers les Etats-Unis d’une libraire mexicaine, Lydia, et de son fils Luca, à bord d’un train de marchandises, aux côtés de centaines d’autres migrants centre-américains cherchant à échapper à la violence des cartels de la drogue et à la misère, a suscité l’appétit de neuf maisons d’édition.

Au terme des enchères, l’autrice a signé un contrat « à sept chiffres » (d’après le New York Times) avec Flatiron Books.

Son livre s’est écoulé à 1 million d’exemplaires en vingt-deux semaines, et a été encensé par Stephen King comme par Don Winslow, qui a vu en lui « Les Raisins de la colère de notre époque ».

« American Dirt », de Jeanine Cummins, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Françoise Adelstain et Christine Auché, Philippe Rey, 544 p., 23 €.

Après cette lecture vous ne verrez plus jamais les migrants comme des pestiférés… MC

Porté par une écriture électrique, American Dirt raconte le quotidien de ces femmes et de ces hommes qui ont pour seul bagage une farouche volonté d’avancer vers la frontière.

Hymne poignant aux rêves de milliers de migrants qui risquent chaque jour leur vie, American Dirt est aussi le roman de l’amour d’une mère et de son fils, qui au cœur des situations tragiques ne perdent jamais espoir. Un livre nécessaire à notre époque troublée.