Surréaliste.

Mercredi soir [31/03/2021], les éditorialistes de « L’heure des pros » ont passé une heure à débattre de l’influence des « enfermistes » sur l’allocution d’Emmanuel Macron.

Bienvenue dans un univers parallèle peuplé d’obscurantistes fiers de l’être.

[…]

Sur LCI

David Pujadas en plein deni de réalité livre peut-être un scoop : l’allocution d’Emmanuel Macron « a peut-être été enregistrée ». Las, je ne le saurai jamais.

Sur BFM TV

Jean-Claude Dassier […] [ blasé disertant] : « Les chiffres qui sont sortis sont presque encourageants quand on n’est pas trop difficile. » Quand on accepte quelques milliers d’hospitalisations et centaines de morts par jour.

Benjamin Duhamel citant « L’horizon de la mi-avril a été fixé pour vacciner ce qu’on appelle les professions prioritaires, et enonce Il y a les enseignants mais il y a aussi les policiers. » Le président devrait donc annoncer la fermeture des commissariats comme des écoles.

Cnews pas mieux

Sitôt terminé le sidérant discours d’Epidemiolok Ier, CNews interroge : « Macron a-t-il cédé aux enfermistes ? » Pour répondre à une telle question, il faut l’élite des stupidistes. Ivan Rioufol : « Il fait une petite génuflexion aux enfermistes. » Il est à la limite du génuflexisme. « Les enfermistes peuvent s’estimer satisfaits, ils réclamaient que les écoles ferment, les écoles vont fermer. Ils réclamaient que les commerces ferment, les commerces vont fermer. » Sauf ceux qui ne fermeront pas. « J’aurais aimé que le président de la République résiste à ce vent de panique qui a été insufflé par tous ces médecins urgentistes. » Et par toutes ces Cassandre épidémiologistes qui prévoyaient dès mi-janvier la situation actuelle.

« Pour avoir beaucoup écouté les enfermistes ces derniers jours, conteste Pascal Praud, je ne pense pas qu’ils soient contents.

 – Les enfermistes n’ont pas gagné ce soir, approuve Véronique Jacquier. Ce qui fait mal et qui fait tache, c’est tous les jeunes que nous voyons prendre des pots au soleil. » Les insouciantistes. « Il y a en moyenne soixante-dix fêtes sauvages par jour en ce moment. » Sans compter les fêtes civilisées. « Ce que j’ai entendu ce soir m’intéresse, reprend Pascal Praud. On nous explique qu’on va rouvrir les terrasses le 15 mai. » Après avoir rouvert les restaurants le 15 janvier. « Y a un mois dur à passer. Les enfermistes, eux, réclamaient un confinement strict de deux mois. » Les enfermeurs l’ont emporté sur les enfermistes, c’est un moindre mal.

« Je vous reconnais plus, s’étonne Gilles-William Goldnadel. Après le discours apocalyptique des médecins, totalement exagéré, il [Macron] a fait mine de céder. De toute manière, il était plus question de les claquemurer, les gens. »

Pascal Praud corrige : « Il était question pour les enfermistes de les enfermer. » Et pour les claquemuristes de les claquemurer.

L’animateur poursuit : « La tension était telle de [la part de] ceux qui voulaient nous mettre sous cloche [ndr : les sous-clochistes] que j’ai le sentiment que le président a su résister à cela. – Appelez un enfermiste pour voir ce qu’il en pense », suggère Ivan Rioufoliste. Gilles-William Goldnadeliste se plaint encore : « Où est le Pascal Praud qui se lamentait sur le sort des commerçants, sur le sort des restaurateurs ? » Il est devenu enfermateur. « L’opinion publique se raidit de plus en plus contre les enfermistes, reprend le Figariste. Macron n’a pas été assez loin dans la remise en cause de ceux qui demandent qu’on soit enfermés ad vitam æternam. » Les ad vitam æternamistes.

Pascal Praud sollicite un arbitre afin de départager les abrutistes incapables de s’accorder sur l’éventuelle victoire des enfermistes. « On appelle notre ami Jérôme Béglé pour trancher ce débat pour savoir qui a gagné. » « Chez les hystériques du confinement, on va dire que c’est insuffisant », prévoit le directeur adjoint du Point, qui penche donc pour une défaite des hystériquistes. Il ajoute : « Cette exception française qui consiste à garder les écoles ouvertes, je trouve ça bien. » Et même fantastiquiste, en l’absence de mesures de sécurisation sanitaire (tests, capteurs de CO2, filtres Hepa, masques FFP2…).

Je découvre Jean-Loup Bonnamy, présenté comme « philosophe, spécialiste en géopolitique », nouveau venu dans le club des crétinistes. « On annonce des mesures très dures. Ces deux semaines de fermeture des écoles, c’est très grave. – Nan, c’est pas fermé, c’est du distanciel !, proteste Pascal Praud. – Mais c’est la même chose ! – Alors les mots n’ont plus de sens ! », s’emporte l’animateur avant de succomber à un éclair de lucidité : « On fait la même émission en permanence. » Logique, il invite toujours les mêmes imbécilistes. « J’ai pris un taxi pour venir ici vendredi dernier, témoigne Jean-Loup Bonnamy. Le chauffeur s’appelait Amir, il m’a dit : “La fermeture des écoles, c’est une catastrophe.” Ce soir, j’ai pris un autre taxi, avec un chauffeur qui s’appelait Sissoko, il m’a dit : “La fermeture des écoles, c’est une catastrophe.” » Ça manquait à L’heure des pros, un spécialiste en géopolitique des taxis parisiens.

« On va écouter M. Deray, propose Pascal Praud. C’est un enfermiste. » Le chef de service de la Pitié-Salpêtrière est interrogé sur Europe 1 (bientôt filiale de CNews) par Sonia Mabrouk (journaliste de CNews), laquelle dénonce « un establishment médical ». Gilles-William Goldnadel réagit : « Quel est le plaisir morbide que les médecins de l’AP-HP ont à prévoir le pire ? » Ils doivent être morbidistes. Pascal Praud regrette : « Les enfermistes extrêmement alarmistes ont posé problème dans la société française. » C’est pourquoi Ivan Rioufol les appelle « les enfermistes à enfermer ».

« Les gens de l’AP-HP organisent volontairement la pénurie de lits de réanimation », insinue déjà Pascal Praud la veille, s’appropriant lui aussi la rhétorique lepéniste de « l’establishment » : « Olivier Véran est l’enfant de l’AP-HP, tous les gens du ministère, ce sont des gens de l’AP-HP qui veulent imposer un ordre sanitaire en France. » Un totalitarisme enfermiste.

Sur ces chaînes « en continues » Cnews, LCI ou BFM-TV, on entend surtout les branquignolistes.


Samuel Gontier. Télérama – Titre original : « Pascal Praud et ses spécialistes en piste contre les “enfermistes” ».

Source (Extrait)