Les visées de Martin Hirsch, se faisant le rebelle de l’AP-HP

Tenu (par son statut de haut fonctionnaire) de ne jamais critiquer publiquement les décisions de sa tutelle, le patron de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, n’hésite plus à ouvrir le feu sur le quartier général.

Depuis quelques semaines, il s’oppose de plus en plus ostensiblement aux mesures anti-Covid décidées par Macron, qu’il juge trop laxistes.

  • Le 20 janvier sur France Info, le patron des hostos parisiens se dit ainsi « un peu inquiet » et assure qu’« il faudra peut-être aller au-delà du couvre-feu ».
  • Le 22 février sur France Inter, alors que le chef de l’Etat a décidé de ne pas confiner le pays durant les vacances d’hiver, il lui fait quasiment la leçon : « Si le nouveau variant anglais aboutit à une accélération de la circulation du virus, les mesures [prises par le gouvernement] ne seront pas suffisantes. »
  • Le 11 mars, dans « L’Express », nouveau cri d’alarme en forme d’appel au reconfinement : « Ne pas freiner l’épidémie n’est plus une option. »
  • Le 17 mars, Hirsch convoque carrément une conférence de presse pour insister, avec ses chefs de service, sur le fait que « le virus n’est pas sous contrôle » et suggérer au chef de l’Etat de remettre fissa la France sous cloche.

Cette liberté de ton inédite peut paraître d’autant plus admirable que le patron de l’AP-HP, nommé en 2013 par Hollande, peut être congédié à tout moment. Un grand manitou de l’AP-HP, lui, fait une lecture un peu plus terre à terre de ces déclarations en chaîne : « Hirsch a lâché Macron, dont il n’attend plus rien. Depuis que Véran a remplacé Buzyn, il sait qu’il ne sera pas ministre de la Santé. Du coup, il a décidé de jouer la carte Hidalgo, en espérant devenir son ministre de la Santé… »

Cet éventuel axe Hirsch-Hidalgo est accrédité par Jean-Louis Borloo. L’ex-ministre a raconté à ses proches avoir eu la surprise de recevoir un coup de fil du grand chef de l’AP­HP alors qu’il quittait la Mairie de Paris, au début du mois de février. « Je sais que tu es allé chez Hidalgo », lui a lancé Hirsch (dont le bureau est situé juste de l’autre côté du parvis de l’Hôtel de Ville), avant de l’inviter à venir le voir sur-le-champ.

A en croire Borloo, Hirsch a passé cet entretien à dézinguer la politique de Macron et à encenser Hidalgo. Une prise de position que l’entourage du patron de l’AP-HP s’évertue à démentir. « Cela fait deux mois qu’on entend ça, mais il n’y a rien du tout, zéro politique dans ces déclarations », assure un proche. Avant de préciser que, « par ailleurs, Martin s’entend bien avec Hidalgo ». Au cas où Macron en douterait encore…


Article non signé – Le Canard Enchainé – 31/03/2021