DEUX

Il est rare que nous évoquions un film tant l’appréciation peut-être sujet a controverse.

Pourtant, nous sollicitons les commentaires autour de ce film « DEUX » de Filippo Meneghetti.

Hors des sentiers convenus, il évoque un problème morale et psychologique qui peut se trouver, qui se trouve certainement, dans la vie courante et a lequel il nous serait possible d’être soit témoin, soit les acteurs.

C’est l’histoire de deux femmes âgées homosexuelles ayant déjà connu d’autres aventures avec des partenaires masculins. Ce genre de scénario n’est pas courant au cinéma, même de nos jours.

Les actrices principales Barbara Sukowa (Nina) et Martine Chevallier (Mado) sont plus que crédibles. Filmé au plus près, bénéficiant d’un tempo narratif volontairement est assez lent dans la première partie du film, puis plus abrupte ensuite renforce le message de l’image.

Nina et Mado s’aiment en secret en partageant leurs deux appartements situés au dernier étage d’un petit immeuble.

À aucun moment, vous trouverez des scènes de voyeurisme, de d’ébats lesbiens, tout est traité en nuance.

Ces deux-là se promettent de tout plaquer pour partir habiter à Rome.

Mais cela ne pourrait réaliser que si, Mado arrive à faire son « coming-out » en parlant à ses enfants Léa Drucker (Anne) et Jérôme Varanfrain (Frédéric).

Et Nina s’impatiente… Jusqu’à ce Mado fasse un AVC.

Le film change de ton et à vrai dire, c’est cette suite de scenario qui porte tout le film.

Il fait se poser maints questions, a la place de la fille du fils, qu’aurais-je fait, quel comportement aurais-je eu ?

Vos avis… merci