L’heure de toutes les audaces

Chanson érotique

Si tu viens doucement te poser sur mon corps
Te poser sur ma peau, te poser sur mon flux
Et me faire voir un peu avec tes petits yeux
Que c’est bien tout mon corps, que ton p’tit coeur émeut
Que t’en as mal au corps, que t’en voudrais encore
Avant que ça commence, que si je voulais bien
Tu ne serais plus un saint pour m’en effleurer un

Un petit tour d’amour dans un lit tout velours
Mais je vais détacher ce mot sur l’oreiller
Tu me dis que tu m’aimes bien
Que tu voudrais aussi être un de mes cheveux pour t’envoler

Même si tu préfères être une main pour caresser le satin
Mais bon c’est du velours faut bien mentir un peu
Ca fait parti du jeu

[Refrain]
Viens descend, glisse de mes épaules à mon ventre lentement
Prend le temps d’entendre s’entrouvrir mes jambes chut
Attend.

Si tu viens doucement mordiller mon désir
Avec ton p’tit sourire à en faire pleurer mes yeux
Je t’en voudrais un peu d’avoir trop attendu
Mais c’est bien entendu que je t’attendrais
Pardonnez mon élan si c’est un peu violent
Même si j’aime quand c’est lent
J’ai trop peur de réveiller, de me réveiller
Sans ton corps à mes pieds
Sans ton corps à mon corps, sans tes yeux à mon nez

N’ais pas peur de te piquer fais déborder tes mains, ta
bouche de mes seins ou d’ailleurs
J’ai pas de préférence juste envie de les sentir
De voir nos corps frémir et de faire monter le désir
De se redécouvrir avec une émotion qui me donne des
frissons jusqu’à mes pantalon
Tiens retire les boutons

[Refrain]
Viens descend des hanches à mes cuisses lentement
Prend le temps de me faire goûter au délice

Si je viens brusquement bousculer ton élan en prenant
possession de la situation avant de te faire l’amour je te ferais la scion
C’est sans précaution que je t’ôterais ton caleçon
Il faut bien l’avouer tu l’avais bien cherché
A force de me titiller on finit par me trouver
On finit par devenir un de mes désirs
La proie de mes délires, la cause de mes sourires

J’en étais au caleçon que nous étions déjà nus
Et c’est tout les deux nus que nous nous caressons
Que nous nous emportons jusqu’à ne plus savoir
A qui de nos deux ventres est la respiration
Où es-tu maintenant tu t’es caché dedans
Je ne contrôle plus un seul de mes mouvements
(?)
Il est déjà trop tard

[Refrain]
Viens descend glisse tendrement sur mon corps brûlant
Tout s’détend
Prenons l’temps d’entendre de nos coeurs les battements
De nos ébatements
Chut


Claire Lise