Covid, l’école, J.M. Blanquer !

Dans les établissements scolaires, le virus circule activement, confirmé au vu des résultats des tests salivaires ou du nombre de classes fermées.

Le ministre assure que la situation est sous contrôle. En s’appuyant sur une logique des chiffres… très personnelle.

 […] Depuis deux semaines, grâce au déploiement des tests salivaires, inégal et parfois laborieux, mais effectif (l’objectif de 300 000 tests par semaine est presque atteint), on sait que les contaminations flambent parmi les élèves et le personnel. Plus de 2 000 classes et 80 établissement sont fermés.

Pourtant, même dans les seize départements plus ou moins reconfinés, (si les lycées passent à la demi-jauge obligatoire), rien ne change pour les maternelles, élémentaires et collèges.

Les cours de sport en intérieur ont même repris, souvent sans masque… Et vacciner les personnels éducatifs en priorité, comme le souhaitaient des syndicats et comme le ministre Jean-Michel Blanquer le réclamait, en janvier dernier, pour « mars au plus tard », n’a pas été envisagé.

La demande n’avait pourtant rien d’illégitime, puisqu’en déplacement à Valenciennes, ce 23 mars, Emmanuel Macron vient enfin d’évoquer la possibilité « de campagnes de vaccination ciblées sur des professions, qui sont exposées et à qui on demande des efforts, comme les enseignants ».

Pourtant…

 […] chaque jour, directeurs et enseignants jonglent avec des personnels absents, attendent des tests qui n’arrivent pas, puis s’organisent pour les déployer comme ils peuvent.

Pour continuer de « laisser l’école ouverte », il faudrait plus qu’un credo : de la lucidité, et des moyens.


Juliette Bénabent – Télérama. Titre original : « Covid à l’école : Blanquer fait-il un mauvais calcul ? – Source (extrait)

2 réflexions sur “Covid, l’école, J.M. Blanquer !

  1. jjbey 24/03/2021 / 22:04

    Bonjour la santé, elle n’est plus au programme de la scolarité, faute d’enseignants qui accepteraient de travailler en contradiction avec la théorie qu’ils devraient exposer.

  2. Danielle ROLLAT 25/03/2021 / 17:29

    Pensées désolées et colère pour tous ces jeunes, qui doivent passer le Brevet, les épreuves anticipées du Bac Français, le Bac, pensées aussi pour les étudiants, après 2 années calamiteuses, quelques cours, en présentiel, comme on dit, en visio, si la maison est équipée.. Bonjour les traumatismes psychiques.. Malaise général et inquiétude des jeunes scolarisés dans le Public, de leurs Parents, de leurs enseignants, qui réclament l’aménagement des épreuves… génération sacrifiée ?

Laisser un commentaire