Ils “vivent” la pandémie différemment !

BFMTV, la chaîne d’info et de restauration en continu. On rit jusqu’à l’Élysée avec l’affaire du resto où « Le Canard » a surpris Marc-Olivier Fogiel.

L’article du « Canard » (3/3) narrant par le menu la descente de poulets, le 24 février, dans un resto clandestin où banquetaient des camarades de BFMTV et des cadors des Hôpitaux de Paris a fait un triomphe. Cette histoire de bamboche, plus poilante que tragique, s’est même invitée jusque dans les cuisines de l’Elysée. Sans vouloir en faire tout un plat du jour, on n’est pas passé loin de l’affaire d’Etat !

Un conseiller de Macron en rigole encore, expliquant que « Fogiel cherche à savoir s’il existe des photos », car « il est allé dans ce restaurant avec son équipe à plusieurs reprises ». Un ministre, du genre taquin, ajoute qu’il a discuté avec des journalistes de BFMTV depuis la fermeture de l’établissement : « Ils m’ont dit qu’ils savaient que cela allait finir par arriver. J’ai pensé : « Ils n’ont peut-être pas de cantine, à BFM ! » Mais ce n’est pas le cas, ils ont bien une cantine. »

Elle ne doit pas être assez chic pour les chefs de BFMTV, qui ne se sont pas démontés depuis que les poulets ont sifflé la fin de la récré. Interrogé par Philippe Vandel le jour de la parution du « Canard », Hervé Beroud, le dirlo délégué d’Altice, propriétaire de BFM, a osé : « Je n’ai aucune information à ce sujet, très honnêtement » (Europe 1, 3/3). Avant d’ajouter, assez bizarrement : « J’ai lu cet écho, qui manquait un peu de précisions… »

Si Beroud veut des précisions, en voici. Fournies d’autant plus volontiers qu’un autre dirigeant de BFMTV, son directeur général, Marc-Olivier Fogiel, semble lui aussi tristement sous-informé. « Contrairement aux rumeurs de ces dernières 24 heures, je tiens à préciser qu’aucun journaliste ni consultant de BFMTV n’a été arrêté dans un restaurant clandestin à Paris fin février », a-t-il tweeté le même jour.

« Arrêtés », bien sûr que non ! Mais, pour tout dire, l’aplomb de Fogiel laisse rêveur « Le Canard », qui, quinze jours avant la fermeture du resto, avait vécu, avec ce patron de BFMTV, une expérience savoureuse.

Allô, Marco, pourquoi tu tousses ?

Le mardi 9 février, le Palmipède cherche à joindre Fogiel à propos du départ de Ruth Elkrief. Pas joignable, le dirlo déjeune… dans un resto clandé où (secret de polichinelle) il a son rond de serviette.

Bigre ! Il est 13 h 13. « Le Canard » appelle l’établissement en question… Surprise : une dame décroche.

« Le Canard » :

  • « Bonjour, nous n’arrivons pas à joindre Marc-Olivier Fogiel dans son bureau, mais nous savons qu’il déjeune régulière­ment dans votre restaurant. Pourriez-vous nous le passer ? »

La dame :

  • « Pas de problème, ne quittez pas. »

On entend alors l’interlocutrice, en talons, traverser tout le restaurant, le téléphone à la main, pour aller le tendre à Fogiel, attablé peinard dans un coin :

  • « Un appel pour vous. »

Long silence, bruits de frottements… Fogiel semble hésiter à prendre le combiné puis finit par s’en saisir.

  • « Allô, oui ? »
  • Allô, bonjour, c’est « Le Canard enchaîné ». Bon appétit, Marc-Olivier Fogiel ! »

A l’autre bout du fil, la gêne est palpable, surtout lorsque nous glissons, histoire de détendre l’atmosphère, que « cela fait plaisir de voir que les restos ne sont pas fermés pour tout le monde ».

Après neuf minutes assez laborieuses, la conversation sur le départ de Ruth Elkrief s’achève sur une formule de politesse :

  • « Eh bien, au revoir, et encore bon appétit ! »

Réponse de Marc-Olivier Fogiel en forme de gros bobard :

  • « Merci, oui, je suis en train d’emporter de la nourriture… »

Il est quand même drôle, le patron de BFMTV, lorsqu’il joue au gars « click and… correct » !

———-

A table

Gag : le 11 février 2021, un client du resto préféré de BFM avait posté un commentaire (effacé depuis) sur le site TripAdvisor : « Par une curieuse autorisation, ce restaurant est ouvert en cette période du fait d’une clientèle de généraux et de journalistes (BFM, « Libération »…), et c’est bien agréable. Bon repas, servi rapidement dans la véranda, personnel sympathique et clientèle contente d’être là et de profiter de ce moment privilégié. Habitué de ce restaurant, toujours de bonne qualité, jamais déçu. »

On veut bien le croire !


Christophe Nobili – Le canard enchainé. 10/03/2021