N’importe quoi… de préférence !

Le pharmacien de l’Élysée

Jusqu’à présent, la France s’était prudemment abstenue d’acheter des médicaments innovants parce qu’ils n’avaient pas encore fait la preuve de leur efficacité.

Mais le chef de l’Etat a brusquement tourné casaque.

Début février, il a donné l’ordre à Olivier Véran de se procurer fissa plusieurs dizaines de milliers de doses d’un traitement à base d’anticorps monoclonaux conçu par le laboratoire Eli Lilly (la médication reçue par Donald Trump).

Payé 2 000 € l’unité, ce médoc a déjà été envoyé à 83 hostos, bien que de nombreux experts se montrent toujours dubitatifs.

Dans un communiqué acide, la Société française de pharmacologie a mis en garde l’Etat contre le recours à un « traitement dont le bénéfice n’est pas connu ». Comme en écho, le professeur Mathieu Molimard, le chef du service de pharmacologie au CHU de Bordeaux, s’étonne, dans « L’Express » (27/2), d’une décision plus « politique » que « scientifique ».

Encore un qui n’est pas dans le secret (défense) des dieux…


Isabelle Barré et Hervé Liffran – Le Canard Enchainé – 03/03/2021