Souvenirs de vieux c…

Aussi loin que je puisse scruter mes neurones…

…me revient sporadiquement quelques souvenirs mélodiques alors que la TSF n’était allumée que pour les infos, la télé n’existait pas, seul l’obstination de l’enfant que j’étais, permit de dégager exceptionnellement quelques sous des chiches rentrées financières de la famille, pour acheter 3 microsillons… qu’il ne fallait pas trop écouter sous peine que l’aiguille du phono esquinte le disque et le rende inaudible :

  • Une chanson de Tino Rossi « Petit Papa Noël » (alors que tout rapport de près ou de loin à un culte quelconque étaient exclus de référence dans la maison)
  • Deux mélodies, dont Romance anonyme… je vous parlerais un jour de la mélodie du « Troisième homme » …
  • MC

… cette interprétation d’Alexandre Lagoya est une bonne cuvée

Ou encore celle de Narciso Yepes

Notes:

L’interprétation du guitariste Narciso Yepes et surtout à la fameuse Romance Anonyme que tout le monde a fini par identifier au film et dont l’attribution pendant longtemps incertaine a conduit certains à affirmer que Yepes en était lui-même l’auteur, lui-même affirmant l’avoir composée à l’âge de sept ans (en 1934, donc) et dont le charme enfantin l’a convaincu qu’elle conviendrait bien à l’atmosphère du film de René Clément. Le jeune Yepes n’a cependant qu’arrangé une œuvre préexistante : en effet, la même pièce fut éditée en 1930, juste un arpège y est inversé. Cette édition est due à Daniel Fortea, qui a reproduit un vieux manuscrit de sa collection : une œuvre manuscrite du début du XIXe siècle et connue sous le titre de Melodia de Sor. Un fac-simile de ce manuscrit fut publié dans un article de Francisco Herrera. Le titre du manuscrit suggère donc que cette romance est due au guitariste et compositeur Fernando Sor, bien que l’on n’ait pas retrouvé cette composition dans les éditions d’époque de ses œuvres. L’identité du véritable compositeur de cette œuvre reste donc incertaine.