Retour et analyse d’une fausse joute…

Il y a danger !

Ce qui s’est passé jeudi 11 février 2021 sur la principale chaine de télévision du service public, France 2, est grave, extrêmement grave.

Alors que nos concitoyens souffrent des conséquences de la pandémie, sont inquiets pour leur avenir et celui de leurs enfants, alors que la pauvreté se répand à la vitesse de la rotation de la terre, que le chômage et les fermetures de commerces indépendants menacent, voici que la grande chaine publique organise un débat centré sur « les séparatismes », l’immigration et le terrorisme entre le ministre de l’Intérieur (qui glisse, on l’a vu, de droite vers la droite extrême) et la cheffe de l’extrême droite.

Outre que ce débat fut de bas niveau (à l’instar des questions des journalistes Léa Salamé et Thomas Sotto), il nous a été donné de vivre un effroyable moment, impensable il y a quelques mois encore. Après des échanges d’amabilités non forcés, nous avons été les témoins, une heure durant, d’une surenchère sécuritaire et xénophobe, la cheffe de l’extrême droite expliquant qu’elle aurait pu signer le livre (publié début février), du ministre de l’Intérieur et intitulé Le séparatisme islamiste (L’observatoire) ; Gérald Darmanin lui répondant qu’il la trouvait désormais trop « molle » dans sa chasse contre les musulmans, après avoir salué son travail.

Chaque minute qui passait voyait la loi de séparation des églises et de l’Etat réinterprétée, tronquée, piétinée et, disons-le, dévoyée pour les besoins de la cause. De part et d’autre il fallait, à toute force, taire que le projet de loi gouvernemental foulait ce pilier de la République que constitue la loi de 1905. On en venait à débattre, comme s’il s’agissait d’une entreprise normale en démocratie, de la possibilité d’interdire le voile dans l’espace public, du nombre de demandeurs d’asile ou de réfugiés à expulser. D’humanité, il n’y en avait point !

Ce simulacre de débat n’aura en rien concerné la laïcité mais bien l’islam, les musulmans et les immigrés. Comment aurait-il pu en être autrement tant les deux protagonistes appartiennent à des familles de pensée qui ont toujours lutté contre la loi de 1905 ? Leur « laïcité » n’est qu’un prétexte au renforcement des prérogatives d’un Etat qui tend à se détacher de ses amarres démocratiques.

Mieux, le ministre de l’intérieur n’a-t-il pas désigné, à plusieurs reprises et sur un ton badin, son interlocutrice (d’ailleurs tout sourire), comme la finaliste du second tour de l’élection présidentielle ? Un comble !

Je me sens le devoir de mettre en garde contre la funeste opération en cours. En haut lieu, avec les deniers des contribuables, on travaille à créer un « jus » politique trouble et malodorant, pour ne pas dire suffocant. Bientôt, les citoyens se verront cernés par des problématiques droitières, sommés de répondre à des questions de droite. Ils seront immergés dans un « bain boueux », le même que celui dans lequel ils ont vu, hier soir, nager un ministre de la police ayant milité à l’action française et une héritière du pétainisme (tous deux ayant Charles Maurras, entre autres, pour référence). Peut-être peuvent-ils se retrouver demain dans un même gouvernement si nous n’y prenons garde !

Les dirigeants de la télévision publique qui organisent une telle opération portent une lourde responsabilité. Préparer ainsi les esprits à un duel entre l’extrême droite et le pouvoir pour les prochaines élections présidentielles, vise à évacuer toute alternative progressiste de transformation sociale, démocratique et écologique.

Cette opération, qui fait fi du pluralisme politique en France, a pour but d’ouvrir la porte à de nouveaux piétinements des conquis sociaux et des valeurs fondamentales dont notre République n’aurait jamais dû se détourner. Attention : nous n’avons pas assisté à un duel, hier, mais à un véritable numéro de duettistes dont l’objet nous apparaît évident : détourner nos concitoyens des questions qui les préoccupent.

Le climat instauré par le gouvernement à travers sa loi dite « séparatisme » après celle sur la sécurité globale, contribue à ces rapprochements mortifères. Aucun démocrate ne peut sous-estimer une telle entreprise qui pourrait préparer de douloureux moments. Il convient donc de réagir. Et vite.


Patrick Le Hyaric – La lettre du 19/02/2021 – Source (Extrait – lecture libre)