Étiquettes

« C’est l’heure d’accueillir Caroline Fourest », annonce Amélie Carrouër.

[…] … l’essayiste a le privilège de choisir ses sujets. « Vous avez retenu dans l’actualité le débat de la semaine dernière entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin. Et pour vous il y a un élément qui a été un peu sous-analysé, c’est le chassé-croisé de l’un et l’autre sur la laïcité. »

« Le commentaire politique se concentre sur le plus anecdotique », regrette l’invitée. Le génie de Caroline Fourest est là pour nous révéler les vraies leçons à tirer du débat. « Mais derrière il y a un petit miracle républicain passé inaperçu, c’est la trajectoire d’un Gérald Darmanin. »

Gérald Darmanin, un miracle républicain ? Et pourquoi pas un prodige féministe, tant qu’on y est ?

« On a beaucoup retenu qu’il était pas assez différent de Marine Le Pen. Mais Gérald Darmanin vient d’une droite très catholique, très traditionaliste. » En effet, il a fricoté avec l’Action française, s’est affiché avec La manif pour tous et, pendant la campagne de 2014, a promis qu’il ne marierait pas d’homosexuels s’il était élu maire de Tourcoing.

« C’est Gérald Darmanin qui a fait le plus de pas vers la laïcité dans son trajet. Là, son vocabulaire était très laïque, ferme envers tous les cultes. » Même s’il a répété trente fois les mots « islam », « islamiste », « islamisme », « islamique ».

« C’est lui qui a défendu que la République devait froisser un peu les cultes, y compris le culte catholique, par exemple sur la question de réguler les écoles intégristes. »

Ouf, je suis rassuré, le ministre de l’Intérieur va imposer au collège Stanislas de fermer ses classes non mixtes. Et retirer sa déclaration d’utilité publique à la Fondation Jérôme Lejeune, qui soutient et finance les mouvements contre l’avortement et pour l’abrogation de la loi Veil.

« Dans le même temps, Marine Le Pen, face à Gérald Darmanin et au projet de loi qui renforce les principes républicains, elle n’a plus d’oxygène politique, et c’est bien ce qui s’est vu à ce débat. » Voilà le miracle républicain : le ministre de l’Intérieur a réussi à priver la présidente du RN de son oxygène en le respirant à sa place.

Caroline Fourest dénonce à propos de Marine Le Pen « son retour à un positionnement clérical où elle a essayé de défendre la liberté religieuse. Tout s’est vu : elle n’a plus l’oxygène laïque et républicain qu’elle a essayé de voler ces dernières années, que le gouvernement est en train de lui reprendre ».

En reprenant habilement toutes ses thèses. « Et elle revient aux fondamentaux de son parti politique qui défend la suprématie de la culture chrétienne. »

Ah bon ? Pourtant, je n’ai pas entendu dans ce débat Marine Le Pen défendre la suprématie chrétienne. Sans doute n’en ai-je regardé que le plus anecdotique.

« Quand elle parledes signes religieux à l’école, relance Amélie Carrouër, y a aussi un petit chassé-croisé. » « Il y a une petite reconstruction de l’histoire, développe Caroline Fourest. Plus la laïcité devient une valeur qui rassemble et qui à l’évidence est la seule solution face au danger intégriste religieux dont l’islamisme… »

En résumé, une valeur qui rassemble contre les musulmans.

« … Plus Marine Le Pen essaie de faire croire qu’elle a toujours été laïque, elle a quasiment essayé de faire croire qu’elle était à la pointe de la défense de la loi sur les signes religieux à l’école publique de 2004 alors qu’elle s’y était opposée. » […]

« Parce qu’elle est dans un parti clérical qui voit dans toute atteinte à la liberté scolaire un blasphème suprême. » Au contraire, Gérald Darmanin ne va pas tarder à imposer aux soixante communes de Vendée qui n’en possèdent pas d’ouvrir des écoles publiques afin d’offrir aux parents une alternative aux écoles catholiques.

[…]

« Les gens qui gouvernent,juge Caroline Fourest, qu’ils soient de la droite républicaine ou de la gauche républicaine, quand ils sont fermes sur les principes, je ne vois pas d’autre solution pour retirer le tapis sous les pieds de ce parti d’extrême droite. » Pas d’autre solution pour contrer l’extrême droite que de s’approprier ses combats.

C’est pourquoi Gérald Darmanin accuse de « se gauchiser » une députée qui ose invoquer un avis de la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme. Pour retirer le tapis sous les pieds de l’extrême droite, il faut rester ferme contre les droits de l’hommistes.

« La gauche, comment elle se positionne ?, interroge Amélie Carrouër.

 — Il y a deux gauches irréconciliables » Comme disait Manuel Valls, grand homme de gauche. « Y a la gauche républicaine, laïque, lucide sur ces questions, mais qui est éparpillée ». Entre le Printemps républicain, le PS, le gouvernement, LR et le RN. « Donc on ne voit plus que la gauche des Insoumis, de Jean-Luc Mélenchon, une gauche radicale qui passe son temps à nous expliquer que la polygamie n’est pas un problème, que les certificats de virginité ne sont pas un problème, que ne pas aller à la piscine, ce n’est pas un problème. »

Et nous voilà partis dans un envol à la Prévert, sans respect de la vérité d’ailleurs

Que les petites filles de 3 ans envoyées dans des hangars pour être endoctrinées, ce n’est pas un problème. Que les filles qui refusent de tenir la main des garçons, ce n’est pas un problème. Pourtant, ces phénomènes séparatistes ont été très bien documentés par Jean-Michel Blanquer. « …Une gauche qui passe son temps à amalgamer la droite et le centre avec l’extrême droite, à faire croire qu’un projet de loi qui renforce la République est un projet de loi contre les musulmans. » Alors que c’est aussi un projet de loi contre les catholiques, les bouddhistes et les raëliens.

« Je suis frappée de voir à quel point Marine Le Pen et l’extrême droite sont épargnées depuis quelques mois, désespère Caroline Fourest. Après le débat Darmanin-Le Pen, toutes les flèches sont allées contre le représentant du gouvernement ». Peut-être parce qu’il est au gouvernement et que c’est ce gouvernement qui en ce moment fait passer des textes liberticides remettant en cause les lois de 1881, de 1901, de 1905, fondements de notre démocratie. […]

[…]


Samuel Gontier- Télérama – Titre original : « Sonia Mabrouk dévoile “l’entrisme islamiste” et Caroline Fourest célèbre Gérald Darmanin » – Source (Extrait)