Se construire…

… le plus important pour un enfant et certainement le plus difficile… lorsqu’il doit se bâtir seul.

Les ballons rouges

Je n’ai pas eu de ballon rouge
Quand j’étais gosse dans mon quartier
Dans ces provinces où rien ne bouge
Tous mes ballons étaient crevés
Je n’ai pas eu de vraies vacances
Seul, face à face avec la mer
Quand le cœur rythme la cadence
Des mouettes qui nagent dans l’air

J’ai rien d’mandé, je n’ai rien eu
J’ai rien donné, j’ai rien reçu

Je n’ai jamais joué aux billes
Quand j’étais gosse dans mon quartier
J’étais cloué dans ma famille
Comme un martyr à son bûcher
Je n’ai pas eu de promenade
Seul, face à face avec le vent
Je lisais le Marquis de Sade
Et j’aimais déjà les divans

J’ai rien d’mandé, je n’ai rien eu
J’ai rien donné, j’ai rien reçu

Les fées n’étaient pas du voyage
Quand j’étais gosse dans mon quartier
Elles vivaient de leurs avantages
Elles étaient toutes syndiquées
Je n’ai pas vu dans les étoiles
Le carrosse de Cendrillon
La mienne avait une robe sale
Mais elle n’avait pas de chaussons

J’ai rien d’mandé, je n’ai rien eu
J’ai rien donné, j’ai rien reçu

Pourtant j’avais déjà la chance
Quand j’étais gosse dans mon quartier
De ne pas attacher d’importance
A ce que les autres pensaient
Et je n’ai pas vu dans l’Histoire
Quelque guerrier ou quelque roi
Assoiffé de règne ou de gloire
Qui soit plus orgueilleux que moi

J’ai rien d’mandé, je n’ai rien eu
Mais j’ai fait … ce que j’ai voulu ..

Serge Lama

La vie sécrète de la chanson « Les Ballons rouges »

5 réflexions sur “Se construire…

  1. Stephen Sevenair 20/02/2021 / 11:31

    Vous aimez Serge Lama.
    Je crois qu’il fut oublié dans les méandres de nos époques connectés.
    Epoké Connecté

    • Libres jugements 20/02/2021 / 11:54

      Écrire, créer et rester au top Stephen, n’est jamais facile lorsque l’auteur, créateur, l’interprète, n’entend pas rester dans la codification de ce monde de requin qui est celui « des artistes ».
      Je ne connais que par ouï-dire celui-là, mais je connais parfaitement celui du monde de la peinture que j’ai dû fréquenter… obligation parentale… lors de ma jeunesse et je dois dire n’en avoir pas gardé (à part de rares exceptions) de grands et bons souvenirs.
      C’est un monde surfait ou la règle pour exister est d’écraser le plus possible son ami, son confrère tout en lui léchant la face.

      Certes ce doit être dur de disparaitre du haut de l’affiche, mais la sérénité est souvent a ce prix, pouvoir se regarder dans un miroir et être fier de soi, sans être infatué le moins du monde. Juste soi !
      Il reste que Serge Lama a écrits quelques textes qui méritent la citation.

      Cordialement,
      Michel

  2. marie 20/02/2021 / 15:10

    Coucou, encore une bien belle chanson de Serge Lama, je l’ai écouté avec un grand plaisir.
    Bon après-midi
    Amitiés
    MTH

  3. fanfan la rêveuse 21/02/2021 / 18:24

    Bonsoir Michel,
    J’aime beaucoup, avez vous eu la chance d’entendre les titres de Mr Lama en version symphonique (La Balade du Poète), un bonheur 😉
    Douce fin de journée Michel 🙂

Laisser un commentaire