Terriblement noir!

Comment synthétiser le livre de Rouchon-Borie titré « Le Démon de la colline aux loups » autrement qu’en avertissant tous les lectrices-lecteurs : c’est noir … de chez noir !

L’auteur à 44 ans, journaliste au « Télégramme » (quotidien régional français de Bretagne). Il est spécialiste de la chronique d’affaires judiciaires. « Le démon de la colline aux Loups » est son premier roman.

L’écriture : le personnage central du roman s’exprime avec des phrases et des mots les plus primaires résultant d’une inculture généralisée y compris scolaire, vivant avec frères et sœurs dans le plus grand dénouement possible, une situation pratiquement inimaginable dans des pays européanisés.

Le roman. Nous vous le disions au début le récit est construit à l’aune de la noirceur du monde qui nous entoure. De quoi « rendre » pessimistes les plus optimistes lectrices-lecteurs.

Alors pourquoi lire un livre aussi déprimant que possible… parce qu’il décrit, pas à pas, l’engrenage de l’ignominie humaine dans un monde, heureusement très restreint, mais qui existe.


Extrait du chapitre I

            Mon père disait ça se passe toujours comme ça à la colline au loup et ça s’était passé comme ça pour lui et pour nous aussi. Maintenant je sais que ça s’est arrêté pour de bon. La colline au loup c’est là que j’ai grandi et c’est ça que je vais vous raconter. Même si c’est pas une belle histoire c’est la mienne c’est comme ça.

            La colline au loup j’aime pas en parler d’habitude. Le démon est né là et c’est là qu’il m’a pris. Mais si je devais taire tout ça à jamais j’aurais l’impression qu’il a volé mon âme pour de bon et bien plus encore mon histoire. J’espère que vous saurez vous montrer miséricordieux ou quelque chose comme ça parce que j’ai un parlement qui est à moi et pendant tout ce temps ces mots c’était ma façon d’être moi et pas un autre. Et comme j’ai pas fait l’école longtemps à cause du père, du démon, de la mère et des autres, il manque des cases dans mon entendement des choses.

7 réflexions sur “Terriblement noir!

  1. marie 13/02/2021 / 09:43

    Bonjour Michel, tu me donnes envie de lire ce livre, s’il est terriblement noir on sort de la lecture en se disant que ce que nous vivons réellement c’est quand même mieux Amitiés Bon samedi MTH

    • Libres jugements 13/02/2021 / 11:15

      Bonjour Marie,
      Encore un de ces livres très bizarres à l’écriture inhabituelle, aux phrasés déroutant quelquefois surtout dans les 3-4 premières pages et puis chaque page tournée on se dit que ce n’est pas possible ça ne peut pas être plus noir plus terrible et pourtant j’en suis persuadé c’est un monde méconnu, ou plus exactement que je méconnaissais, ou pour être encore plus précis, que je voulais méconnaître.

      Bien évidemment je n’absous rien, ne conteste rien, veux penser que l’auteur (habitué à retracer-suivre d’infâme procès) a certainement « réunit » plusieurs affaires judiciaires auxquelles il a assisté, devant tant de noirceur aggloméré en si peu de temps pour une vie humaine.
      On suit effaré une descente aux enfers et le pire est qu’à chaque page on espère… on espère… on espère.

      En disant cela, bien évidemment Marie, je n’ai pas l’intention de te détourner de ce livre, bien au contraire, sans nul doute il te marquera … si tu le lis tiens-moi au courant.
      Très amicalement
      Michel

  2. fanfan la rêveuse 13/02/2021 / 18:01

    Bonjour Michel,
    Je note, vous m’avez donné l’envie de découvrir celui-ci, j’aime lire ce genre de roman. Un paradoxe moi qui suis sensible 😉
    Bonne fin de journée Michel 🙂

    • Libres jugements 13/02/2021 / 18:34

      Merci Françoise pour votre commentaire.
      En parlant de paradoxe … Il se trouve que j’ai terminé ce livre alors que j’étais à l’Hôpital …
      Je ne sais si vous aurez la même réaction que moi à la lecture de ce roman (en fait je pense que c’est une compilation d’un certain nombre d’affaires judiciaires auxquels à assisté le journaliste pour ses chroniques, tant il me semble improbable – ou tout au moins je ne veux pas l’entendre, le lire – qu’une seule personne puisse vivre une telle noirceur.
      Bon dimanche à vous et votre entourage.
      Amitiés
      Michel

      • fanfan la rêveuse 14/02/2021 / 11:04

        Je vous le dirais lorsque je l’aurai lu Michel.
        Ce que je sais, s’est pour certains la vie est calme et tranquille et pour d’autres s’est une vie chaotique, d’embuches et de souffrances. Face à la noirceur de l’être humain, nous pouvons toujours être surpris.
        Bon dimanche Michel !

  3. Danielle ROLLAT 13/02/2021 / 19:22

    J’attends les commentaires des Amies avant de me lancer éventuellement, si..

  4. Libres jugements 14/02/2021 / 12:21

    Bonjour Danielle, chère amie
    Je ne peux en aucune manière anticiper sur Les commentaires qu’apporteront les lectrices lecteurs envers ce livre. Tout ce que je peux dire, c’est qu’en parcourant les nombreux commentaires circulant sur le net au sujet de ce roman, aucunes lectrices ou lecteurs n’a formulé d’avis dissuadant de parcourir ces pages.
    Je lis énormément tu le sais, et je dois dire que dans le flot un très petit nombre de livres restent en mémoire qu’en tant d’autres disparaissent la dernière page lue. Ce n’est pas le cas avec celui-ci.
    Avec toute mon amitié.
    Michel

Laisser un commentaire