Ils sont venus, ils sont tous là …

Ah, la jolie période que voilà.

Quel pied. Ils sont au mieux de leur forme, les charlatans du Covid, comme les appelle « L’Express » dans son enquête (28/1). Ils sont rassurants, ils portent souvent une blouse blanche, ne sont-ils pas médecins ? Ils sont gynécologues, rhumatologues, homéopathes, et bien sûr qu’ils savent : pour se soigner, rien ne vaut les vitamines, le zinc, l’hydroxy­chloroquine.

Même que la Lune est creuse. Ils appellent à se méfier de l’Etat, de la « dictature sanitaire »qui déploie chaque jour plus loin ses tentacules. Une ancienne généticienne de l’Inserm, forcément bien informée, met en garde : « Les tests PCR envoient des nanoparticules jusqu’au cerveau. »

La crise sanitaire, « incubateur de crédulité »,explique le sociologue Gérald Bronner dans un livre remarqué, « Apocalypse cognitive » (PUF), permet à tous ces charlatans de se déployer grâce aux réseaux sociaux. Médecins, bien sûr, mais aussi gourous millénaristes, héritiers du new age, apôtres de la transformation de soi, les voilà qui pérorent et s’étalent. Pourquoi, comme le propose une naturopathe, ne pas explorer l’« usage médical des argiles pour renforcer l’immunité » ?

Et si, en sortant des sentiers battus de la science officielle, on s’interrogeait sur cette vaccination qui sert à nous injecter des micropuces sous-cutanées ? Ben oui, pourquoi pas ? Cela permet à tous ces petits gourous de prospérer gentiment : 400 euros la conférence, 900 euros le cours complet, parfois bien plus.

Cette floraison de gourous inquiète au plus haut point la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, ainsi que l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). Car leur audience est en hausse, leurs moyens aussi, qu’ils ont tendance à regrouper, prenant les mêmes avocats, développant les mêmes stratégies de défense.

Plus grave encore, « complotistes et pseudo-thérapeutes ont opéré de dangereux rapprochements avec les franges politiques les plus extrêmes », écrit « L’Express ». On comprend mieux, soudain, l’excès de prudence reproché à Macron face aux anti-vaccins.

Qu’est-ce qu’on leur dit, à ceux qui soignent le Covid grâce aux rencontres avec le monde des elfes ?


Article signé des initiales A.-S. M. – Le Canard Enchainé. 03/02/2021