Ballamou et Chichi

Quand Edouard finançait la campagne de Chirac

Devenu l’ennemi mortel de son ex-« ami de trente ans », Balladur n’en a pas moins, pendant ses vingt-cinq mois passés à Matignon, financé la campagne présidentielle de son rival.

Sur les 17 millions de francs de fonds secrets dont il disposait chaque mois, confie un ancien membre de son cabinet, il en reversait 1,5 million au RPR (soit un total d’environ 37 millions).

Le RPR, de son côté, a officiellement financé la campagne de Balla à hauteur de 10 millions de francs.

L’un dans l’autre, un gain net de 27 millions pour le parti chiraquien. Qui n’a pas été inutile : le 6 mai 1995, le compte électoral de Chirac, censé être approuvé par le Conseil constitutionnel, présentait un trou de 3,5 millions.

Qu’à cela ne tienne : ce même 6 mai, 31 militants se sont présentés à la queue leu leu à la banque Rivaud (établissement historique du RPR) pour y déposer chacun son obole.

Un miracle ?

La somme totale correspondait, pile-poil, à ces 3,5 millions.


L’un est au bord du trou l’autre est dans le trou avec sa sénilité … mais z’ont profité du système ces marlous

2 réflexions sur “Ballamou et Chichi

  1. bernarddominik 03/02/2021 / 08:08

    Sur le même sujet Renaud Muselier (président de la région ) a révélé que la ville de Marseille avait reçu 3 à 4 fois moins de subventions (par habitants) , de l’état et l’UE, pour ses travaux que Nice et Toulon, et a prétendu que c’était parce que les édiles marseillais ne savaient pas faire de dossiers de demande. La vérité est toute autre, le subventionneur vérifie toujours l’usage de ses fonds, et c’est bien là que le bat blesse.

  2. jjbey 03/02/2021 / 09:21

    Et les gens continuent de voter pour ces truands ……………………….

Laisser un commentaire