Un jour viendra, couleur d’orange

Ces quelques vers d’Aragon laissant présager la venue d’une autre société faisant la part belle à l’humain, sont à se remémorer une fois le livre refermé, indiqué ci-dessous …

Qui était Chrystal? Quels étaient les secrets de cette jeune femme ravissante, titulaire d’un master en neurosciences et qui aurait dû faire une chercheuse comblée ? Tour à tour, ceux qui l’ont connue répondent aux questions d’un mystérieux enquêteur. Un ancien amant mais surtout les collègues qui l’ont côtoyée à Medecines, le leader international de l’information médicale, une entreprise recrutant des jeunes gens brillants et surdiplômés ne parvenant pas à trouver leur place sur le marché de l’emploi. Et chacun est confronté à sa propre part de responsabilité.

D’une plume trempée dans le vitriol, Élisa Vix sonde la noirceur du monde de l’entreprise et retrace l’implacable genèse d’un fait divers.

L’autrice (Que je n’aime pas cette dénomination !) Élisa Vix a notamment publié Ubac (2016) et Assassins d’avant (2017). Ses romans, ancrés dans les questions sociales de notre époque, sont remarquables par leur style épuré.


Notre lecture,

Une lecture d’autant plus facilitée que la narration est découpée en séquences. Chaque protagoniste de l’histoire raconte sa version. L’ensemble faisant une sérieuse analyse comportementale de la société manager et appliquée dans les grandes entreprises (voir les plus petite), se souvenir entre autres des problèmes de suicide liés à l’application inhumaine de ces méthodes managériales destinées à « de meilleures rentabilités au moindre coût salarial ».

Encore un de ces livres dénonçant la société actuelle … dont nous ne savons pas s’il faut conseiller à celles ou ceux qui sont au bord du burnout, (ce syndrome d’épuisement professionnel), de se le procurer ou non , de le lire en intégralité, afin de ne pas franchir l’irréparable, de prendre des dispositions avant de sombrer.

C’est certainement un de ces livres qui marquent tout en vous faisant réfléchir sur le sens de l’activité et l’engagement professionnelle qu’il faut (faudra) investir. Un livre apportant une authentique réflexion sur le sens de la vie sociétale en général, le comportement de chacun en groupe, les détériorations apportées par l’individualisme … que font régner les managers (DRH, Chef de…ou chefaillons) , afin de mieux capitaliser-rentabiliser… afin de grossir les profits financiers de quelques actionnaires.

Dans notre monde actuel ou les salarié-e-s sont aux prises en plus des difficultés pour trouver ou garder un emploi ; la pandémie, le logement, la nourriture, ces restrictions de liberté de mouvement … et l’agglomérat d’incompétence des différents gouvernements face à l’entêtement financier de la santé par des grands groupes se fichant bien de sauver l’humanité si ce n’est pas d’abord rentable pour leurs actionnaires… est-il bien utile de lire ce livre ?

La réponse est bien évidemment oui … car il y aura un après pandémie … et malheureusement, la mondialisation le besoin de rentabiliser les entreprises existera toujours et de plus en plus. Hélas le Charlot-Charlie Chaplin dans « les temps modernes » ou les descriptions du « meilleur des mondes » qui étaient pour l’époque visionnaire, que chacun pouvait envisager ces catastrophes à venir en espérant que cela n’arrive pas…

… trop tard, elles sont là, alors que devons-nous faire ?

 MC