« Le garde des Sceaux bosse ! »

Le message de son entourage se veut clair : Eric Dupond-Moretti, visé par une information judiciaire qui pourrait être ouverte dans la semaine par le procureur général de la Cour de cassation, François Molins, pour prise illégale d’intérêts, prend du recul dans la guérilla qui l’oppose à certains magistrats.

Dupond-Moretti dégaine sa défense

Le 16 décembre 2020, l’Union syndicale des magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM) ont déposé une plainte devant la Cour de justice de la République, chargée de juger les délits et les crimes commis par les membres du gouvernement.

Ils reprochent notamment au garde des Sceaux d’avoir ordonné une enquête administrative à l’encontre de membres du Parquet national financier (PNF) qui, pendant six ans, avaient conduit une enquête préliminaire pour dénicher la taupe dans l’affaire des écoutes Sarkozy.

A cette occasion, les factures téléphoniques de l’avocat Dupond-Moretti avaient été épluchées, avec celles de bon nombre de ténors parisiens. Puisqu’on lui « nie la possibilité d’être ministre », comme le dit, un rien parano, l’un de ses proches, il est temps de rendre les coups sur le terrain pénal.

Le garde des Sceaux a donc constitué son équipe de défense, avec deux avocats, Olivier Cousi, actuel bâtonnier de Paris, et Christophe Ingrain, ex-magistrat et ex-conseiller justice de… Sarkozy à l’Elysée.

C’est peu de dire que l’ambiance risque de s’aigrir dans les mois qui viennent. A la rentrée solennelle de la Cour de cassation, lundi 11 janvier 2021, devant un Premier ministre et un Dupond-Moretti impassibles, François Molins s’est plaint, avec des trémolos dans la voix, d’une justice « de plus en plus contestée, brocardée, au risque de dresser la société contre les juges. Ces derniers mois, ces attaques se sont multipliées pour dénoncer un empiètement des magistrats dans le champ de compétence des autres pouvoirs et agiter le spectre d’un gouvernement des juges ».

« Un gouvernement des juges » qui n’a jamais existé. Parole de procureur général près la Cour de cassation.


Article signé des initiales M. B. – Le Canard Enchainé – 13/01/2021