Antoine Frérot, Pdg de Véolia se voudrait géant !

Quand on est dans le business de la flotte, on arrose !

C’est ce qu’a fait Antoine Frérot, le pédégé de Veolia, en s’offrant des doubles pages de pub dans tous les grands quotidiens.

Deux pages dans lesquelles il déroule un argument tout droit sorti du château d’eau : s’il veut mettre la main sur Suez, c’est parce que « L’URGENCE ÉCOLOGIQUE N’ATTEND PAS ! ». La planète a besoin d’un « géant de la dépollution ».

Il l’affirme et le répète : seule la taille compte. « La taille permet de peser. » « La taille fait la différence. »Il faut un « changement de taille » et créer « un géant »qui pourra, hourrah ! « faire de la transformation écologique la force motrice du nouveau capitalisme ».

Suez doit donc rentrer dans le giron de Veolia. Point barre.

L’apprenti géant est tellement occupé à ses gigantesques affaires qu’il en oublie un détail : à peine élus, les nouveaux maires écolos de Bordeaux et de Lyon n’ont eu qu’une hâte, celle d’annoncer qu’ils ne voulaient plus travailler avec Veolia et de faire voter la création d’une régie publique de l’eau. Il faut dire que, sous la férule du géant Veolia, les tarifs avaient explosé.

C’est ça, le problème, avec les géants : leur appétit l’est aussi.

Autre détail sans doute trop insignifiant aux yeux du futur Goliath : l’intersyndicale de Suez (CFTC, FO, CFDT, CGT, CFE-CGC) n’en veut pas, de cette OPA de Veolia. Elle vient de le faire savoir à son tour dans une pleine page tonitruante : « Les salariés de Suez refusent votre projet de démantèlement et de casse sociale. »

Encore des salariés qui ne savent pas voir grand, qui cherchent à protéger leurs petits acquis sociaux, leurs postes, leurs salaires, au lieu de prendre soin de la planète – saleté d’ouvriers sans doute !


Article signé des initiales J.-L P. – Le Canard Enchainé – 13/01/2021