Drôle de stratégie … mais qu’importe en réalité !

Plus de trois ans après le calamiteux débat de la présidentielle, Marine Le Pen a-t-elle tiré quelques leçons de cet épisode mal vécu par ses partisans ? Pas le moins du monde. C’est ce qui ressort d’un édifiant article des « Echos Week-End » (8/1).

Pas le début d’un regret mais un embryon d’autocritique. « Je n’ai pas réussi à trouver le bon ton… Mais, sur le fond, j’avais raison, tout ce que j’ai dit s’est révélé exact », confie la présidente du RN, qui avait pourtant craqué, peu après le débat, devant certains de ses proches.

  • Mais sur quoi diable avait-elle raison ?
  • Sur l’Écu et la sortie de 1’euro ?
  • Personne n’a rien compris.
  • Sur ses propos concernant SFR ?
  • Elle s’est emmêlé les pinceaux, citant une phrase du dossier… Alstom.
  • Toute à la défense de sa prestation, la présidente du RN occulte le plus dérangeant : l’incroyable attention portée par certains de ses conseillers aux élucubrations délirantes d’un obscur psychiatre italien, Adriano Segatori, révélée par « Le Canard » juste après l’élection.
  • Selon Segatori, très suivi par les réseaux sociaux, Macron est « un psychopathe »auquel on peut faire « péter les plombs ». D’où l’agressivité de Marine Le Pen, persuadée de faire surgir, ce soir-là, le « vrai Macron », avec le succès que l’on sait.

Seule, unique concession, la fameuse tirade des « envahisseurs », durant laquelle elle tente, à grand renfort de mimiques plus gênantes que drôles, de moquer un discours de Macron sur la progression de ce qui était encore le FN. Malaise.

« Personne n’a fait le lien », admet-elle.

Voilà un bon début.


Article signé des initiales A.-S. M. – Le Canard Enchainé – 13/01/2021


Note de l’administrateur qui bien sûr comme d’habitude n’engage que lui : pour notre part, que Marine Le Pen se soit « embrouillée » lors du parloir/joutes orales (avec le macrounet débarqué de Bercy) lors de la confrontation précédant les élections présidentielles du deuxième tour, n’a f0ait que confirmer (la prédiction, heureuse dans ce cas) d’un plafond de verre limitant les ambitions de ce parti et par conséquence l’arrivée d’un quarteron de mercenaires à la tête du pays.Certes Macron fut élu mais rappelons-nous qu’il le fut avec un minimum de voix d’électeur français du essentiellement par l’importance des abstentionnistes lors de ce vote présidentiel.

Pour 2022 il n’y aura pas de miracle, pas de changement de gouvernance si les abstentionnistes sont toujours aussi nombreux. Ce qui est très inquiétant dans la mesure où ces mêmes abstentionnistes sur le premier à réclamer des changements significatifs dans la société française. D’où la question y a-t-il une réelle volonté de changer la société libérales et consommatrices, génératrices des inégalités actuelles ? MC