Pour la «sécurité», renoncerions-nous à nos libertés ?

La sécurité, mais à quel prix ?

Partout nos libertés régressent, et l’exception devient la règle. Un avocat, une philosophe, un historien et une sociologue nous font part de leurs inquiétudes. Et nous incitent à agir.

La dernière alerte en date a sonné mi-décembre, avec un projet de loi inattendu, instituant « un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires ». Sur le papier, on comprend bien le principe : puisqu’une catastrophe de type Covid-19 risque fort de se reproduire à l’avenir, autant doter les pouvoirs publics d’un cadre d’action clair, pour déployer rapidement les mesures ad hoc. Mais lesquelles ? Un alinéa du texte précisait que le Premier ministre pourrait « subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage, […] au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif ». En somme, un certificat de bonne santé ou de vaccination aurait pu devenir obligatoire pour entrer dans un train ou dans un musée… Sans compter que le texte prévoyait d’autoriser le recensement des citoyens potentiellement contaminés, avec ou sans leur consentement. Un « monde d’après » guère engageant.

Face à la levée de boucliers politique, le projet fut retiré. Pour l’instant.


Valérie Hurier, Valérie Lehoux, Richard Sénéjoux, Romain Jeanticou, Gilles Heuré, Olivier Tesquet – Télérama. Titre original : « État d’urgence, fichage, couvre-feu… Sommes-nous en train de renoncer à nos libertés ? ». Source (Extrait)


L’intégralité de l’article est réservée aux seuls abonnés regulier du Blog « Libres jugements ». Accessible uniquement par un mot de passe … voir la procédure : Lien