Une maille à l’endroit, une maille à l’envers !

Un réseau de fils de vie

Le pull-over

 On avait un seul pull pour deux, 
 Un  grand pull-over d'amoureux, 
 Chacun un bras pour une manche    
 Et chacun l'autre sur la  hanche... 
 Au  début… il  serrait un  peu...   
 Impatients, on guettait l'hiver. 
 L'été, des glaçons plein nos verres, 
 On  tuait, comme on  dit, le beau  temps 
 En  tricotant  de temps en temps 
 Des  petits, petits, pull-overs... 
    
 Puis, le temps a lâché ses mailles, 
 Et quand on ne fut plus de taille, 
 Pique-assiettes et pique-cœurs 
 Sont venus, soudain, en squatteurs, 
 Habiter sous notre chandail!... 
 
 Alors, la flotte s'y est mise, 
 Jusqu'à la chair de nos chemises... 
 Le pull est devenu trop grand, 
 On a démonté quelques rangs 
 Pour mieux ficeler nos valises. 
 Tellement, il est tombé d'eau           
 Sur le toit de notre tricot, 
 On a fini par y nager… 
 
 L'amour, c'est ce drôle de berger 
 Qui tond la laine sur le dos!... 
 Un coup de pluie, un coup de fer, 
 Un coup d'endroit, un coup d'envers, 
 Et de cafard, et de couteau, 
 Nous voilà chacun sur le dos 
 Une moitié de pull-over!... 
 
 L'amour... Ah! La belle crapule! 
 Qui fait mine d'offrir un pull, 
 Puis rembobine sa pelote 
 À mesure que le tricotent 
 Les aiguilles de sa pendule!... 
 
 On avait un seul pull pour deux, 
 Un  grand pull-over d'amoureux... 
 On avait un seul pull pour deux, 
 Un  grand pull-over d'amoureux!...

Allain Leprest