Cajoler les petits vieux…

Le premier parti de France, c’est le parti des vieux.

  • C’est lui qui fait et défait les présidents.
  • C’est lui aussi qui meurt du coronavirus.
  • La tendance est encore plus claire pour la seconde vague de l’épidémie, en France.

À la mi-novembre, 79 % des personnes hospitalisées ont plus de 65 ans, cette classe d’âge représente par ailleurs 62 % des admissions en réanimation.

Un pourcentage écrasant quand on sait que les médecins considèrent qu’il y a peu de chance qu’une personne très âgée puisse être sauvée en réanimation, d’où l’absence (en règle générale) du quatrième âge dans ces services hospitaliers. Au-delà de ces quelques chiffres, une montagne d’autres montrent que le Covid est d’abord un fléau pour les vieux.

Le moins éveillé des étudiants en statistique pourrait imaginer, dans un tel contexte, des mesures de confinement spécifiques pour les plus de 65 ans. Demander aux seniors et aux personnes vulnérables de rester chez elles, cela permettrait de laisser sortir les plus jeunes. Bien sûr, cela pose d’innombrables problèmes pratiques et éthiques. Comme si c’étaient les seuls dilemmes que cette crise obligeait à trancher…

Pourquoi ce gouvernement rechigne-t-il à confiner les vieux ?

  • Peut-être parce qu’il compte bien que ces mêmes vieux votent pour lui.
  • En 2012, les plus de 65 ans représentaient 17 % de l’électorat, en 2030, ils constitueront 30 % de la population.
  • Les seniors choisissent à chaque élection la droite républicaine.
  • En 2017, 45 % des plus de 70 ans ont voté Fillon, et 54 % des 60 ans et plus ont plébiscité Sarkozy en 2012.
  • Au vu de la politique qu’il mène, Emmanuel Macron a toutes les raisons de croire que sa réélection est entre les mains des vieux.

Voilà pourquoi il s’agit de les laisser sortir, en espérant qu’ils s’en souviendront lorsqu’ils entreront dans l’isoloir.

De l’humour … noir … Euh … pas certain !


G . Erner – Charlie hebdo. 02/12/2020