Cédric O – Genre 1er de la place … en turbulence …

Le secrétaire d’Etat au Numérique ne tire pas toujours le bon numéro, mais il fait partie des premiers fidèles de la Macronie. Est-ce parce qu’il n’a pas encore 38 ans ?

Dessin de Kiro – Le Canard Enchainé – 25/11/2020

Toujours est-il que, après quarante mois de Macronie, une vie de gros bosseur et pas mal de turbulences, Cédric O est resté très frais.

Ses copains Guerini, Griveaux, Emelien sont passablement essorés, mais il est encore sautillant, primesautier, macronien première époque, jamais un mot de travers sur le chef, allez les gars, on se retrousse les manches, start-up nation for ever. « C’est sûr, il n’a pas changé », grommelle un député LR-EM, sans qu’on sache s’il faut s’en réjouir ou le regretter.

Le secrétaire d’Etat à la Transition numérique porte la responsabilité du ratage historique de l’application StopCovid, lancée en grande pompe alors que l’épidémie était en pleine régression.

Tous AntiCovid n’est pas non plus un franc succès.

Il a soutenu la loi Avia avec la réussite que l’on connaît et a émis l’idée lumineuse d’« un Conseil de l’ordre des journalistes », avant de reconnaître « des paroles malheureuses ».

Il ne s’est guère penché sur l’impact environnemental de la 5G, sujet fort sensible, mais s’est lancé pour se défendre dans un assez joli morceau de pipeau, proposant « une feuille de route gouvernementale sur ce sujet afin de maîtriser l’impact environnemental de ce secteur en y associant les acteurs concernés ». Pas mal !

La taxe Gafa, voulue par la France, n’a pas été soutenue au niveau européen, mais l’a-t-il mal vécu ?

Car le secrétaire d’Etat ne cache pas la fascination que lui inspirent les cadors de la Silicon Valley, surtout Mark Zuckerberg. « Il n’est pas là pour vendre des cravates, il veut être le meilleur et changer le monde. On retrouve cette mentalité dans la nouvelle génération d’entrepreneurs. » Ah, les premiers de cordée…

Le business…

Faut pas s’étonner qu’il n’y en ait pas assez en France, avec tous ces aigris. Cédric, lui, n’est pas desséché, il sait encore admirer. « Il est incroyablement pro-business, il n’y a que cela qui l’intéresse dans son secteur, qu’il connaît bien. Il est tout simplement incapable de réfléchir à la nécessaire régulation du numérique, pas plus qu’aux conséquences philosophiques de la montée en puissance de l’intelligence artificielle », déplore un député de la majorité.

Le secrétaire d’Etat défend avec constance la reconnaissance faciale, mais il tient à rassurer : « Quoi qu’il en soit, nous n’irons jamais vers un modèle chinois. » S’il le dit…

Une prise de position qui n’a aucun rapport, bien sûr, avec une coïncidence, relevée par une plume malicieuse de l’« Huma » : Cédric O a travaillé en tant que chargé de mission auprès du directeur industriel de Safran, dont une filiale commercialise cette technique.

Il n’a guère brillé par ses idées, mais il est resté au gouvernement lors du remaniement de juillet. Le chef de l’État a récompensé son absolue fidélité.

Avant Macron, ce diplômé de HEC fut un fervent partisan de Moscovici, avec lequel il a travaillé quand Hollande était à l’Elysée, et, avant Mosco, il fut un fan absolu de Strauss-Kahn. Jl s’est dit socialiste, mais attention, hein, avec modération, et moyennement en phase avec les militants.

Il est venu faire quelques petites apparitions dans le XVIIIe [arrondissement de Paris], ce n’était pas un mauvais bougre, mais il était vraiment arrogant, et, avec les gens, le contact ne passait pas », se souvient une socialiste du coin. Exit l’implantation locale, les Fêtes de la rose et les bises aux moutards.

Macron n’a pas oublié non plus que Cédric O faisait partie de son équipe de campagne, au poste de trésorier. « Cette campagne à l’arrache, un peu borderline, a été un petit miracle, alors ceux qui en ont fait partie, dont Cédric, sont protégés à vie. Rassembler les fonds en restant dans les clous, c’était un boulot central » explique un député LR-EM.

Si central que Cédric est resté au gouvernement et que sa soeur, Delphine O, suppléante du député de Paris Mounir Mahjoubi, a été nommée ambassadrice à l’ONU.

Quand Mounir et Delphine ont été choisis, Cédric faisait partie de la commission nationale d’investiture, c’est bien pratique.

Confirmé, mais avec un capital politique amoindri, Cédric O demeure simple secrétaire d’Etat, le dévouement ne suffit pas, ce qui a déçu les boys de la start-up nation, qui espéraient un ministère de plein exercice.

Sans doute poussé par des communicants avisés (t’inquiète, l’opinion va enfin découvrir le vrai Cédric), le secrétaire d’Etat a soigné son storytelling. Il est allé avec « Match » en Corée, sur les traces de sa famille, a reçu la presse pour évoquer les penseurs qui l’ont marqué. Il a alors audacieusement cité Daniel Bensaïd, philosophe et dirigeant historique de la LCR, qu’il « adore ». Mais. a-t-il précisé, « la lutte des classes, je n’y crois pas ».

Ça, on l’avait déjà compris.


Anne-Sophie Mercier. Le Canard Enchaîné. 25/11/2020