Apple, se fiche de ses clients.

C’est formidable comme il est facile de profiter de la betise humaine.

Depuis des années la firme à la pomme et sa propagande agressive, joue sur le snobisme ou la crédulité de ses clients qui, il faut bien le reconnaître, ne sont pas encore assez fouetté, puisqu’à chaque nouvelle sortie d’une petite nouveauté de la marque ils se précipitent pour remplir les caisses de cette entreprise américaine.


Le dernier exemple est caractéristique :

Apple pincé les doigts dans la prise

C’est à ça qu’on les reconnaît, chez Apple : question marketing, ils ont tous les culots. Dont celui de vendre leur dernier iPhone, douzième du nom, sans chargeur. Imagine-t-on un réfrigérateur ou un presse-agrumes vendus sans rien pour les relier au secteur ? Le fait est que nulle loi, en France, n’oblige un fabricant de téléphones à livrer ses appareils avec un adaptateur…

Comme un pépin…

Pour justifier cette nouvelle politique consistant à vendre plus cher des appareils moins bien dotés, la firme à la pomme invoque un admirable prétexte : l’écologie. L’été dernier, elle a promis la neutralité carbone en 2030 pour toutes ses activités très polluantes. Lisa Jackson, sa vice-présidente chargée de l’environnement (et ex-conseillère d’Obama), évoque même « une victoire pour la planète », rien que ça.

Selon elle, le volume de l’emballage économisé permet de garnir les palettes partant de Chine de 70 % de smartphones en plus. La même assure qu’Apple économise ainsi l’équivalent de la consommation carbone annuelle de 450.000 nouvelles voitures. Électriques ou thermiques ?

La multinationale californienne aime bien les grands mots : en 2018, elle avait expliqué que, grâce à ses25 centrales solaires et éoliennes, elle fonctionnait entièrement avec des énergies renouvelables. Oubliant juste de préciser que l’énergie électrique utilisée pour produire ses appareils (en Chine, notamment) n’était pas toujours verte, loin de là…

Si Apple a la com’ habile, l’entreprise se garde bien de « communiquer » le montant de la marge que la suppression des chargeurs et autres écouteurs lui permet de réaliser. Surtout, sa fibre écolo serait plus crédible si elle avait renoncé à fabriquer des téléphones n’acceptant que ses propres câbles d’alimentation.

Depuis des années, la Commission européenne se bat pour obliger les constructeurs  à choisir un chargeur universel, afin de réduire la pollution électronique au sein de l’Union : 51 000 tonnes de déchets liés uniquement aux chargeurs y sont produites chaque année. La firme américaine a toujours refusé cette solution.

Pire : aujourd’hui, elle cherche à fourguer à ses clients un nouveau chargeur, le Mag-Safe, vendu 45 euros dans ses magasins (presque le double du précédent (25 euros)).


Article signé des initiales J.-M. Th. – Le Canard enchaîné. 25/11/2020