Étiquettes

,

Selon un diplomate : « Macron est d’autant plus gêner aux entournures que la base française d’Abidjan a une importance vitale pour la logistique de l’opération Barkhane au Sahel. Bref Macron est ficelé »

… Voilà comment s’incruste une dictature en Côte d’Ivoire, sous l’œil bienveillant de la France …

Alassane Ouattara, proclamé lundi président de la Côte d’Ivoire pour un troisième mandat, avec un score (94,27 %) qu’on jugerait peut-être même un brin élevé en Corée du Nord, vient, lui, de franchir le pas à 78 ans. Il a promis d’être « le président de tous les Ivoiriens. » Ça n’allait donc pas de soi ?

Dessin de Kiro – Le canard Enchainé – 11/11/2020

Il va faire un autocrate très présentable, avec sa voix douce légèrement traînante, ses beaux costards, son brevet d’économiste distingué et son phrasé sophistiqué. « En Occident, on a toujours vu Ouattara comme le banquier des Etats d’Afrique de l’Ouest, comme le haut fonctionnaire du FMI qu’il fut pendant des années, sans bien comprendre que c’est un dur, un politique qui, aujourd’hui encore, règle ses comptes », rappelle Antoine Glaser, fondateur de « La Lettre du continent » et auteur d’« Africa-France, quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu » (Fayard, 2014). « Se proclamer élu haut la main, alors qu’on sait très bien que des régions entières n’ont pas eu accès aux bureaux de vote, on ne s’y attendait pas », confie, amer, un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay.

L’opposition est priée de se taire, et l’armée, bien nettoyée de ses éléments les plus rebelles par Ouattara, au pouvoir depuis dix ans, est aux ordres.

Medvedev ivoirien

La décennie Ouattara, c’était pourtant un rêve de chancelleries occidentales, avec un pays qui fait l’admiration de ses voisins, se couvre de chantiers, connaît une croissance soutenue et réduit le nombre de citoyens vivant sous le seuil de pauvreté.

Petite ombre au tableau : une corruption galopante. « Il y a toujours eu autour de Mme Ouattara, qui a fait fortune dans l’immobilier, des gens très attentifs à la prospérité de leurs investissements », s’amuse un chef d’entreprise franco-ivoirien.

Son mari, arrivé au pouvoir après un scrutin tumultueux en 2010, avait même annoncé son départ en mars 2020.

Emmanuel Macron, enthousiaste, avait vu en lui « un vrai homme d’État ».

Son Premier ministre devait lui succéder. « Ouattara était d’autant plus enclin à passer la main qu’il avait l’assurance de garder le pouvoir avec celui-là, c’était son Medvedev », ironise Antoine Glaser.

Mais voilà que l’héritier choisi par Ouattara décède en pleine campagne électorale. Est-ce sa faute à lui si personne ne lui arrive à la cheville ? « Je ne souhaitais pas faire un troisième mandat (…). Mais est-ce que j’avais le droit de mettre mon aura personnelle au-dessous de l’intérêt de mon parti et de mon pays ? » a confié Ouattara, pas franchement étouffé par la modestie.

«Le principal échec de Ouattara, c’est son incapacité à mener une véritable politique de réconciliation nationale », explique Vincent Hugeux, journaliste, enseignant à Sciences-Po et spécialiste de l’Afrique.

En 1990, le vieil Houphouët fait venir Ouattara, qui devient son Premier ministre.

A la mort du père de l’indépendance, Ouattara est à son chevet, tout comme son rival d’alors, Henri Konan Bédié.

Bédié est un homme qui compte, ancien ministre, président de l’Assemblée. Hors de question que la couronne lui échappe.

L’héritier, c’est lui. « C’est une histoire qui ne passe pas, une histoire de bonshommes qui ressassent leurs vieilles histoires depuis la mort de leur père politique avec un héritage qu’on se dispute », tacle Glaser. « Les vieilles rancunes ont la peau dure », renchérit Hugeux.

Filet de Macron

Pour l’emporter, Bédié met sur la table un concept qui empoisonne, depuis, la vie politique à Abidjan : l’ivoirité. Et si Ouattara, issu des peuples du Nord musulman, n’était pas ivoirien, mais burkinabé ? Et puis, il est d’où, ce Ouattara, avec ses études aux Etats-Unis, sa femme française ? Ouattara est empêché de se présenter en 1995 et en 2000. Laurent Gbagbo succède à Bédié, Ouattara doit attendre son heure pendant quinze ans. « Il n’a jamais pardonné. Au lieu de jeter la rancune à la rivière, il a repris à son compte les débats ethniques qui fracturent le pays », lance Glaser. Bédié, qui s’est présenté contre lui, est assigné à résidence, sans eau ni électricité. AnneSophie Mercier. Le Canard enchaîné. 11/11 2020