Étiquettes

… d’autres vont regretter de ne pas avoir pris leurs précautions d’achats avant les fermetures de ces magasins très spécialisés dans « l’épanouissement » d’une liberté intimement personnelle et pourtant priés de baisser les stores … euh ! les magasins …. puisque décrétés comme « non essentiels ». Le matos ne garantirait pas l’immunité contre la Covid …. MC

Porno, vibro, dodo !

Les cinq boutiques parisiennes du « lovestore » passage du désir ont, à l’annonce du re-confinement, été prises d’assaut : + 136 % de ventes en deux jours. « Il y a la queue (sic) devant les magasins, et surtout beaucoup de couples », a expliqué son directeur, Patrick Pruvot, sur France Bleu (29/10).

  • La tendance est au stimulateur clitoridien ou à celui du point G.
  • « Les gens s’achètent des menottes pour rentrer [s’enfermer] chez eux. Il y a quand même un sacré paradoxe ! »
Dessin d’Aurel – Le canard Enchainé – 04/11/2020

Ne dites plus « porno », dites « bien-être sexuel sur mesure ».

Affichant un chiffre d’affaires érectile (+ 186 % au printemps !), la marque Lelo commercialise un fortificateur du périnée, tandis que les jouets connectés We-Vibe permettent de faire vibrer les couples à l’unisson… quelle que soit la distance qui les sépare.

La Chine, qui écoule 70 % des jouets sexuels vendus dans le monde, fabrique à flux très tendu, avec une hausse de 50 % au premier semestre 2020…

Faudra-t-il relocaliser la fabrication de ces biens de première nécessité ?

Autre épicurien : Grégory Dorcel, fils et héritier de Marc Dorcel, a fait livrer gracieusement 5.000 sextoys aux habitués de ses sites pornos lors du premier confinement. Il a aussi multiplié par dix la capacité de ses serveurs tombés en rade, le 17 mars, à la suite d’un afflux massif d’internautes : une opération de promo, baptisée depuis « Pardon Voisins », rendait la connexion gratuite…

Avec des pics de 40 % lors de leurs propres promos gratuites, les géants américains Pornhub et YouPorn ont, eux, été priés par le gouvernement de réduire la qualité de diffusion de leurs vidéos, histoire d’épargner un peu la bande passante…

Presque artisanale au regard de ces usines à sexe, la plate-forme payante OnlyFans, mettant en contact des « créateurs » de contenus explicites et des abonnés, a vu le nombre de ses utilisateurs grimper de 75 % depuis le début de la pandémie, pour atteindre 61 millions d’internautes.

Sur Facebook, le 2 novembre, une notification a fleuri : « Les sex-shops demandent la fermeture du rayon légumes des supermarchés. » Il s’agissait d’une blague… Ouf !


Article signé des initiales D. F. – Le Canard enchaîné. 04/11/2020