Étiquettes

Les bureaucraties sont globalement les ennemies de la vérité. Ce qui s’appelle enfoncer une porte ouverte.

On devrait plutôt prendre ses gouttes, au lieu de quoi, on pique sa millième crise de rage depuis, disons, le mois de juin. Mais parlons plutôt, puisqu’on ne peut pas l’étrangler, de l’ Agence Européenne pour l’Environnement (AEE).

Cette structure de l’Union européenne a pour but proclamé de « fournir des informations fiables et indépendantes sur l’environnement (1) ».

Bon, on se doute déjà que c’est une blague, car par quel miracle, avec un tel fil à la patte, pourrait-on se montrer indépendant ?

Mais n’importe, l’AEE vient de publier un rapport que vous trouverez sur son site. C’est simple : en Europe, la nature va très mal. Certes, on le sait, mais ça s’aggrave. 81 % des habitats naturels étudiés sont dans un état mauvais ou médiocre. La dernière fois, il y a une courte poignée d’années, c’était 77 %.

Le Lituanien Virginijus Sinkevicius, commissaire européen à l’Environnement, aux Océans et à la Pêche, interrogé dans le rapport, enfile trois perles, déclarant : « Cette évaluation de l’état de la nature est le « bilan de santé » le plus complet jamais réalisé dans l’UE. Elle montre très clairement que nous continuons à perdre notre milieu vital. »

Bon, la logique élémentaire devrait conduire à abandonner sa bagnole, son chauffeur, ses petits-fours, son salaire mirobolant, ses innombrables avantages de fonction, non ? Et d’annoncer, flamberge au vent, qu’on se lance dans une croisade pour la reconquête de notre « milieu vital », non ?

Non. Ces gens sont perdus à jamais et nous abreuvent de textes émollients, passant de litotes en euphémismes. La raison en est très simple : ils se contrefoutent du sens premier, synonyme de cataclysme.

Qu’attendent-ils ? Que 100 % des habitats soient foutus pour un siècle ou dix?

Le rapport n’emploie même pas le mot de « pesticide », sans doute parce qu’un des rédacteurs, plaisamment pris en main par un lobbyiste, aura estimé que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Dans le détail, c’est pire. Ce pourcentage de 81 %, qui est de loin l’information capitale, est noyé au beau milieu de développements grotesques.

On lit par exemple dans l’introduction, texto : « Le rapport de l’AEE montre une évolution positive des efforts de conservation. » Avant de comprendre, mais c’est volontairement confus, que l’on parle des minuscules zones protégées sous l’appellation « Natura 2000 ». Et tout à l’avenant.

L’expression « situation désespérée » est remplacée par « avenir incertain ».

Ces aveugles volontaires nous l’assurent, « sur le plan politique, il y a également de l’espoir grâce à la nouvelle stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030 et à la stratégie « De la ferme à la table », deux éléments essentiels du pacte vert pour l’Europe ».

Mais bien entendu, il faut des études. Beaucoup d’études.

Quand vous entendez un expert dire, parlant de la crise écologique, qu’il faut encore d’autres travaux, vous pouvez être certain qu’il est là pour embobiner, consciemment ou non.

Extrait : « Actuellement, de nombreuses lacunes persistent en termes de données, notamment en ce qui concerne les espèces et les habitats marins. »

Quant au paragraphe « Perspectives », il commence par cette phrase d’anthologie : « Le rapport met en évidence certaines évolutions positives, principalement à l’échelle nationale ou régionale. Un certain nombre d’espèces et d’habitats ont connu des améliorations, comme la grenouille agile en Suède, les lagunes côtières en France et le gypaète barbu au niveau de l’UE. »

Ne nous y trompons pas, c’est de la canaillerie.

Propre sur elle, estampillée Union européenne, mais canaillerie tout de même.

Comme ces désinformateurs sont habitués à ce que leurs chefaillons les félicitent de leurs douteux exploits, ils n’imaginent pas que quelqu’un les chope au col et leur demande des comptes. En quoi ils ont parfaitement raison. Les opinions sont inertes, amorphes, complices pour dire toute la vérité du grand mensonge.


Fabrice Nicolino – Charlie hebdo. 28/10/2020


  1. eea.europa.eu/fr/about-us