Étiquettes

Troubles de la motricité, de la socialisation, du langage… L’exposition des enfants aux écrans atteint un niveau dramatique, soulignent de plus en plus d’études.

Le chercheur Michel Desmurget sonne l’alarme. L’heure d’une prise de conscience ?

Après la pause estivale, la rentrée scolaire signe le retour à la vie ordinaire, rythmée par le triptyque de l’enfant moderne : école, écrans, dodo. À l’heure des bonnes résolutions, les parents s’interrogent.

  • Faut-il s’affoler de la place envahissante qu’occupent tablette, smartphone, ordinateur et télévision dans un quotidien toujours plus saturé d’images digitales ?
  • Sevrer sa progéniture au risque de la priver des vertus supposées de ces technologies ?
  • Poser des limites à l’usage des nouveaux écrans, qui nous accompagnent parfois de la table à manger jusque dans les WC ?

En 2015, les enfants de 6 à 17 ans y étaient exposés plus de quatre heures par jour en moyenne, selon l’étude Esteban de l’organisme Santé publique France.

Une révolution numérique qui a amené dans les foyers plus de questions que de réponses. « Il existe 10 % de parents très technophobes et 10 % très technophiles, avec au milieu une majorité de pragmatiques qui se demandent comment gérer », indique le sociologue Laurent Tessier, […]

Impossible d’ignorer les cris d’alerte des professionnels de santé, qui constatent des retards de développement chez des petits scotchés pendant des heures au téléphone de papa ou de maman.

Ce mois-ci, le professeur Michel Desmurget, directeur de recherche à l’Inserm et déjà auteur de TV Lobotomie, en rajoute une couche avec la publication d’un ouvrage au titre à faire frémir les amateurs de science-fiction : La Fabrique du crétin digital. On visualise la scène.

 […]

[…] … au fond, que sait-on vraiment de la toxicité des écrans ?

L’appel des Académies ne mentionne aucune référence scientifique. Prudents, les auteurs invitent seulement les industriels et les fabricants à rappeler aux parents l’importance de la modération, « en attendant que des bases factuelles plus solides soient établies ». […]

[…]

Pourtant, quasiment chaque semaine tombe une nouvelle enquête internationale qui ne porte pas à l’optimisme. Retards de langage, défauts de motricité fine, troubles de la mémoire et de la concentration, baisse des résultats scolaires …

Mises bout à bout, les conclusions de ces recherches donnent le vertige.

Une étude canadienne d’envergure (2 441 enfants ont été soumis à des évaluations à 1 an, à 3 ans et à 5 ans) publiée dans la revue américaine JAMA Pediatrics établit un lien de causalité entre le temps qu’ils passent devant un écran et leurs performances cognitives.

En clair, les chercheurs se sont aperçus qu’un temps d’exposition aux écrans élevé constaté lors du premier test entraînait de mauvais résultats au suivant.

[…]


Marion Rousset. Télérama. Titre original : « Éloignez les enfants des écrans ». Source (Extrait)