Étiquettes


Léopold Sédar Senghor – Chants d’ombre, 1945.

Dans un verset ample, Senghor célèbre la femme noire qui fut d’abord sa mère et qui devient ensuite l’objet sensuel, cosmique et érotique de son désir, en même temps que sa lyrique inspiratrice.

Fruit, savane ou tam-tam, la femme se transforme en un rayonnant être de chair dont la mort ne fera que nourrir de nouveau les racines de la vie, tant, pour les Africains, la vie et la mort forment une harmonieuse complémentarité.