Étiquettes

Comme bien d’autres poètes paroliers chanteurs  dits « a texte » ne sont pas spécialement banquable, raison pour lequel ils restent souvent méconnus du « grand public ».

Je suis parfois violent, trouble, autoritaire
Je te fais souvent le coup du père Fouettard
En juste un peu plus cool, avec la manière
Je t'abandonne, sans repère et sans loi

Petite,
Ton pays est immense et j'ai peur de me perdre
Quand tu poses ton sourire sur mon cœur endurci
Par tant de fausses guerres, par tant de calomnies
Petite,
Ton appel est profond et j'ai peur d'être sourd
Quand tu lances ton cri sur nos ondes trop calmes
J'entends mes origines battre sous le masque

Tu ne calcules pas la portée de ton geste
C'est ce qui lui donne cette ampleur, cet espace
Diadème d'innocence quasi insoutenable
Pour nos yeux laminés et nos gestes contrits

Petite,
Ecarte ma plaie jusqu'à la déchirure
Raconte mon enfance aux adultes trop vieux
Exauce ton désir jusqu'à la démesure
Petite,
Livre ta vérité aux sourds et aux muets
Même s'ils t'ignorent, ils auront quelques miettes
De divin, de sacré à poser sur leur plaie

J'appartiens à ta race, à ton propre mystère
Si je t'abandonnais, c'est moi que je perdrais
J'ai plus qu'à te faire une courte échelle
Pour que tu me racontes l'autre face du ciel

Petite,
Tu es le chant du fleuve et nous, à chaque rive
Essayant de décrire ton harmonie céleste,
Nous convoyons ton eau vers nos plaines adultes
Petite,
Je prie pour que ton Dieu nous protège des hommes
Qui trahissent l'enfant en eux comme une lèpre
S'arrachent les racines de sable et de soleil

Morice Benin