Étiquettes

La fille de Brigitte Macron en couverture de Paris Match : il n’en fallait pas plus pour que la presse étrangère s’intéresse de plus près au personnage. […]

Voici qu’entre en scène la benjamine de Mme Macron, Tiphaine Auzière, 36 ans, avocate spécialiste du droit du travail et adhérente à La République en marche (LR-EM). De six ans plus jeune que son beau-père, Tiphaine faisait [la semaine dernière] la couverture glamour du magazine Paris Match, aux côtés de sa maman, la première dame. […]

Un mépris affiché pour la procédure

Tiphaine, qui vit près de Calais, est connue dans la région pour son engagement local, mais sa dernière initiative en date la voit monter d’un cran dans ses ambitions, avec un projet de lycée privé s’adressant aux enfants défavorisés. Un établissement “hors contrat”, qui s’affranchit donc du système éducatif centralisé qui, bien souvent, les laisse sur le bord de la route. Paris Match n’y va pas par quatre chemins et titre : “L’effrontée”.

Avant de lancer ses projets, Tiphaine Auzière demande-t-elle la permission à son beau-père de président ? “Je fais et j’informe après, sinon, on ne fait rien”, lâche-t-elle.

On imagine aisément que cela crée quelques remous. Si Paris Match est un ardent défenseur du président, ce comportement ne fait pas l’unanimité dans l’entourage d’Emmanuel Macron. Dans certains cercles, on l’imagine bien, le mépris affiché de Tiphaine pour la procédure est vu comme une source potentielle de problèmes. Et bien que militante au sein du parti présidentiel, elle l’a critiqué aussi pour son parisianisme. Un projet de lycée hors contrat, avec un programme accéléré en deux ans à destination des élèves perdus, revient à affirmer haut et fort (même si c’est une évidence) l’échec de l’Éducation nationale.

De la paranoïa au sein du camp Macro

Les regards réprobateurs de certains à l’Élysée en disent plus long sur la paranoïa du camp Macron que sur la réalité d’une menace qu’incarnerait Tiphaine l’électron libre. […]

Avec le Covid, l’assurance arrogante qui régnait dans les rangs de l’équipe Macron a cédé la place au doute. […]

L’inquiétude, sans doute, est qu’il ne soit pas au second tour. Il est assez naturel que Macron se sente en danger, pris en tenaille entre le Covid, le Brexit, le chômage, le déficit et la dette, la crise économique et celle de l’Europe, l’Afrique, etc. […]


Jonathan Miller – courrier international. Titre original : « Ce que le cas Tiphaine Auzière dit de la fébrilité de l’Élysée ». Source (Extrait)