Étiquettes

,

Avant toute chose nous tenons à préciser que l’article ci-dessous appartient à son auteure. Ce n’est pas que nous sommes contre la cause animale, juste que nous pensons qu’il y a dans notre société française actuelle, bien d’autres sujets plus urgent a régler … ceux qui inquiètent journellement un certain nombre de nos concitoyens : pauvreté, logement, chômage, licenciement, la pandémie, etc. Alors oui, traiter la cause animale pourquoi pas mais nous ne pensons pas qu’elle soit de première urgence … à moins que les élus présents à l’assemblée nationale, le gouvernement (tout comme l’ensemble des médias à sa solde) veuillent cacher les autres nombreux problèmes . MC

L’auteure de l’article Luce Lapin, remercie la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, pour les mesures, très attendues depuis un an, annoncées mardi dernier sur les animaux sauvages captifs.

Elles concernent « la fin progressive de la faune sauvage dans les cirques itinérants, la fin de la présence d’orques et dauphins dans des delphinariums inadaptés [1], la fin des élevages de visons pour leur fourrure et le soutien aux zoos qui améliorent leurs conditions de détention ». Toutefois, si elles vont dans le bon sens, ces mesures restent insuffisantes, et vagues.

Que signifie « fin progressive », quel régime pour les cirques non itinérants [2], même s’ils sont minoritaires, que seraient des delphinariums « adaptés » [2], sinon encore des prisons aquatiques, quelles « améliorations » acceptables pour les animaux dans les zoos, et pourquoi cinq ans pour fermer quatre élevages de visons ? Sanctuaires, refuges, rien sur le futur des animaux libérés, alors qu’il aurait déjà fallu anticiper.

« Ces annonces sont une lueur d’espoir pour ces animaux vivant dans la souffrance, mais devront être actées dans le droit. On peut déplorer l’absence d’un calendrier avec des dates précises », remarque le Parti animaliste (parti-animaliste.fr).

Même réaction d’Animal Justice et Droit (animal-justice-droit.org), « les dates sont lointaines et, sans loi ou règlement à l’appui pour leur application, cela restera des annonces et non des actes ». Et la ministre n’est pas rassurante : « Je ne vous donne pas de date, ça se fera dans les années qui viennent ». Pour One Voice (one-voice.fr), « la ministre oublie que le cirque […], c’est aussi le dressage, qui est, lui, totalement occulté ! ».

Je salue les associations de protection animale, soutenues par les citoyens, sans lesquelles aucune avancée ne se ferait, et le Parti animaliste, qui a apporté une dimension enfin politique à la cause animale.

J’apprends tout juste que, le 2 octobre [2020], la ministre a reçu les ONG de protection animale pour débattre de ces mesures et agir en concertation. Ça va dans le bon sens !

On attend la suite : chasse à courre et chasse tout court, expérimentation animale, corrida… élevage intensif ! La dernière enquête de L214 Éthique & Animaux, effectuée fin août, en Bretagne, dans le Morbihan, en est un bon exemple. Elle concerne « plus de 40.000 lapins […] enfermés dans de petites cages sur un sol grillagé » – 300 d’entre eux meurent chaque semaine. Les 3.000 reproductrices « reçoivent une injection d’hormone PMSG, hormone issue du placenta de juments gestantes » (vidéo et action : l214.com/ lapins-augan).

Luce Lapin. Charlie hebdo. 07./10/2020

luce-lapin-et-copains.com (lucelapinetcopains@gmail.com).

  1. Et l’interdiction de leur reproduction.
  2. On se réjouira… « plus tard » : robindesbois.org/cirques-itinerants-et-cirques-aquatiques