Étiquettes

,

Chaque année, 15 millions de kilogrammes de glycine sont produits pour l’industrie alimentaire [1], à cause de son rôle d’exhausteur de goût. Mais qui aurait cru qu’un jour, cet édulcorant connu sous le matricule de E640 et présent dans les aliments ultra-transformés deviendrait… l’une des pistes les plus prometteuses pour traiter le diabète de type 2 ?

Préambule : l’administrateur de ce blog n’a absolument pas la connaissance nécessaire pour donner un avis sur la valeur technique et-ou médicale de l’article qui suit. En aucun cas, il ne pourra être tenu pour responsable des affirmations qui y sont énoncées. par contre l’article rentrant dans le domaine médical, nous vous conseillons avant toutes décisions, de prendre avis auprès d’une personne qualifiée : votre médecin-conseil. MC

Car derrière ses allures d’additif artificiel se cache en réalité un acide aminé naturel indispensable à notre organisme. On sait d’ailleurs depuis longtemps qu’un déficit en glycine peut entraîner une hypoglycémie, des dysfonctionnements du cerveau ou encore des troubles du développement musculaire. Mais son rôle sur notre santé est peut-être encore plus important qu’on le pensait jusqu’ici.

Comment cet édulcorant industriel est devenu une piste sérieuse contre le diabète

La première découverte intéressante remonte à 2012 : six chercheurs allemands découvrent que l’association de la Glycine au glucose permet une réduction importante de la glycémie. Cela représente déjà une belle avancée dans la recherche de solutions contre le diabète2.

D’autres chercheurs ont aussi trouvé que la glycine à taux élevés réduirait les risques de développer un diabète de type 2 chez les personnes prédisposées [2] … mais aussi le risque de complications précurseurs du diabète [3][4][5].

Dans une récente étude chilienne, les patients diabétiques présentant une neuropathie auditive ont par exemple amélioré leur acuité auditive en ingérant 20 g de glycine par jour pendant six mois [6].

Une étude, 80.000 participants… et une découverte incroyable !

Mais l’année dernière, des chercheurs de l’université de Cambridge sont allés beaucoup plus loin en analysant les données de plus de 80.000 participants dans une étude parue en début d’année [7].

Et leur conclusion est une vraie bombe pour les spécialistes du diabète : la glycine permet de réduire la résistance à l’insuline dans le cas d’un diabète de type 2.

Plus fort encore, ils ont découvert que cet acide aminé joue un extraordinaire rôle protecteur face aux maladies coronariennes, principale cause de décès chez les personnes diabétiques [8] !

D’autres études, encore au stade expérimental puisqu’effectuées uniquement sur des rats, laissent en plus espérer que la glycine protègerait également les cellules du pancréas, souvent très endommagées chez les diabétiques à cause du stress oxydatif que la maladie génère [9].

7 autres raisons de prendre de la glycine

En plus d’être une solution prometteuse contre le diabète de type 2, la glycine :

  1. Efface les rides de votre visage : elle raffermit la peau et augmente son élasticité en contribuant à former le collagène. Prendre 5 g, 3 à 4 fois par jour – diminuerait aussi la glycation de l’hémoglobine [10][11], autrement dit le vieillissement prématuré.
  2. Améliore votre mémoire : elle a une fonction de neurotransmetteur qui aurait des effets positifs sur la mémoire [12]. Attention, elle peut interagir avec les traitements prescrits pour soigner les troubles mentaux tels que la schizophrénie ou la paranoïa.
  3. Aide à récupérer après un effort : elle participe à la récupération musculaire et au développement des muscles [ 13]. Elle est aussi essentielle pour garder les os et les cartilages solides, ou pour régénérer les tissus conjonctifs (cartilage, tendon, ligaments…) [14], réduisant ainsi le risque de blessures [15].
  4. Protège contre les tumeurs, notamment celles liées au cancer du foie [16].
  5. Dépollue votre foie : la glycine participe à la synthèse des acides biliaires, réduit le taux d’alcool dans le sang et dépolluerait du glyphosate (voir encadré).
  6. Améliore votre sommeil : une prise de 6 à 7 g de glycine avant le coucher permet d’avoir un sommeil plus réparateur, quel que soit l’âge [17]. Son effet apaisant rend aussi l’endormissement plus facile.
  7. Protège vos articulations : anti-inflammatoire [18], elle protège aussi les articulations, notamment en cas d’arthrite [19].

Comment se procurer de la glycine ?

La glycine est l’acide aminé le plus abondant de notre organisme. Notre corps est capable de la synthétiser mais un apport supplémentaire est souvent nécessaire pour satisfaire nos besoins métaboliques.

On lit souvent que la glycine ne se trouve que dans les tissus animaux à base de collagène (la peau, les os ou la carcasse…) et que le bouillon d’os est le meilleur moyen d’en consommer.

C’est vrai, mais on la retrouve aussi naturellement dans de nombreux poissons, dans les dérivés du soja, et également dans (par ordre d’importance) : la farine de sésame, le jarret de porc, l’éperlan séché, la spiruline, les graines de tournesol, la morue déshydratée, le bacon, la poudre d’amandes, le foie de veau, le tofu, les graines de courge ou encore le germe de blé.

En cas de pathologie précise, vous pouvez aussi vous supplémenter en glycine, qu’on peut trouver en magasin spécialisé ou sur Internet.

Pour remplacer le sucre dans le café

La glycine est légèrement sucrée, vous pouvez donc l’utiliser comme substitut au sucre dans le thé ou le café.

Comme l’a noté le Dr DiNicolantonio dans une étude de 2014 [20]« des doses aussi élevées que 31 g par jour se sont révélées sûres. C’est donc le produit idéal pour être incorporé dans des aliments et des boissons ». Et il n’existe d’ailleurs, à ce jour, aucune étude démontrant les effets négatifs d’un excès de glycine dans l’organisme.

Il est recommandé de la prendre plutôt à la fin d’un repas, à raison de 6 à 15 g selon votre gabarit et votre alimentation, à diluer dans un verre d’eau. Les doses peuvent varier en fonction du problème de santé à traiter et de l’âge du patient. Consultez toujours votre médecin avant de vous supplémenter.

Pour avoir un ordre d’idée, sachez par exemple qu’en cas de stress mental et/ou émotionnel, perte de mémoire, difficulté à s’endormir ou encore troubles de l’humeur, 4 à 5 g par jour pendant 15 à 30 jours suffisent en complément à l’alimentation.


Florent Cavaler – Pure Santé – Source (libre lecture)


Notes :

[1]. Karlheinz Drauz, Ian Grayson, Axel Kleemann, Hans-Peter Krimmer, Wolfgang Leuchtenberger, Christoph Weckbecker « Amino Acids » in Ullmann’s Encyclopedia of Industrial Chemistry 2007, Wiley-VCH, Weinheim.

[2]. Rui Wang-Sattler, et al., « Novel biomarkers for pre-diabetes identified by metabolomics », Mol Syst Biol., 2012

[3]. Ramakrishnan, Sulochana, « Decrease in glycation of lens proteins by lysine and glycine by scavenging of glucose and possible mitigation of cataractogenesis », Exp Eye Res, 1993

[4]. Ramakrishnan, Sulochana, Punitham, « Free lysine, glycine, alanine, glutamic acid and aspartic acid reduce the glycation of human lens proteins by galactose », Indian J Biochem Biophys, 1997

[5]. Alvarado-Vasquez, Lascurain, Ceron E, et al., « Oral glycine administration attenuates diabetic complications in streptozotocin-induced diabetic rats », Life Sci., 2006 / Lezcano, Teran, Carvajal, et al., « Effect of glycine on the immune response of the experimentally diabetic rats », Rev Alerg Mex, 2006 / Bahmani, Bathaie, Aldavood, et al., « Glycine therapy inhibits the progression of cataract in streptozotocin-induced diabetic rats », Mol Vis., 2012

[6]. Munoz-Carlin, Rodriguez-Moctezuma, Gomez Latorre, et al., « Effects of glycine on auditory evoked potentials among diabetic patients with auditory pathway neuropathy », Rev Med Chil., 2010.

[7]. Wittemans, Lotta, et al., « Assessing the causal association of glycine with risk of cardio-metabolic diseases », Nature Communications; volume 10, Article number 1060, 2019

[8]. www.federationdesdiabetiques.org/information/complications-diabete/coeur-arteres

[9]. Chen, Zhang, Li, et al., « Glycine Transporter-1 and glycine receptor mediate the antioxidant effect of glycine in diabetic rat islets and INS-1 cells », Free Radic Biol Med., 2018 Aug.

[10]. Carvajal, Medina, Juarez, et al., « Effect of glycine on hemoglobin glycation in diabetic patients », Proc West Pharmacol Soc., 1999

[11]. Cruz, Maldonado-Bernal, Mondragon-Gonzalez, et al., « Glycine treatment decreases proinflammatory cytokines and increases interferon-gamma in patients with type 2 diabetes », J Endocrinol Invest, 2008

[12]. File SE., « Beneficial effects of glycine (bioglycin) on memory and attention in young and middle-aged adults », J Clin Psychopharmacol., 1999 Dec

[13]. Cuthbertson, « The treatment of muscular dystrophy with glycine », QJM: An International Journal of Medicine, 1934

[14]. Dr Patricia de Paz Lugo. Cellular Metabolism Institute, La Laguna (Tenerife) / www.santescience.fr/glycine/

[15]. Van den Baar MT, « Plasma amino acids and sports injuries », Amino Acids, 2004 Feb.

[16]. Rose, Madren, Bunzendahl, et al., « Dietary glycine inhibits the growth of B16 melanoma tumors in mice », Carcinogenesis, 1999 / Rose, Cattley, Dunn, et al., « Dietary glycine prevents the development of liver tumors caused by the peroxisome proliferator WY-14,643 », Carcinogenesis, 1999

[17]. Kasai, Kobayashi, Shimoda, « Stimulatory effect of glycine on human growth hormone secretion, Metabolism. 1978.

[18]. Zhong, et al., « L-glycine: a novel antiinflammatory, immunomodulatory, and cytoprotective agent », Curr Opin Clin Nutr Metab Care, 2003

[19]. Li, X et al., « Dietary glycine prevents peptidoglycan polysaccharide-induced reactive arthritis in the rat: role for glycine-gated chloride channel », Infection and immunity, 2001

[20]. McCarty MF, DiNicolantonio JJ, « The cardiometabolic benefits of glycine: Is glycine an ‘antidote’ to dietary fructose? », Open Heart, 2014