Betterave aux néonicotinoïdes

« Nous sommes tous contre », a dit, lundi 5, le ministre de l’Agriculture aux députés, en les encourageant à voter pour la dérogation les autorisant de nouveau.

Ce qu’ils ont fait dans la nuit de lundi à mardi (à l’exception de trois députés LR-EM, LI, Les groupes PS, PCF, et d’anciens Marcheurs (dont Cédric Villani), réunis derrière Delphine Batho au sein du groupe EDS).

Les trois prochaines années, les betteraviers auront donc le droit d’utiliser ces pesticides neurotoxiques tueurs d’abeilles, pourtant interdits depuis deux ans par la loi Pompili.

Laquelle soutient évidemment cette dérogation…

Il s’agit en effet de sauver la « filière betterave » : 21 usines sucrières ! 46 000 emplois ! 440 000 ha ! La France, premier producteur européen ! Un milliard à l’export !

Et tant pis si ces très puissants pesticides contaminent abondamment et pour longtemps les sols, les cours d’eau, la flore sauvage et tuent les abeilles en masse…

La dérogation ne pourra-t-elle bénéficier qu’aux betteraviers, dont les cultures viennent de subir des attaques massives de pucerons ?

Si le mot « betterave » n’est pas explicitement inscrit dans le texte de loi, c’est, dit-on officiellement, que cela pourrait être interprété comme une rupture d’égalité devant la loi. Le ministère de l’Agriculture promet qu’il figurera « explicitement »dans les arrêtés de dérogation qui suivront la loi.

La preuve que tout cela est très cadré, c’est que les producteurs de maïs, lequel subit les mêmes attaques des mêmes pucerons, ont beau avoir demandé à bénéficier de cette même dérogation, ils ont essuyé une fin de non-recevoir. Mais si, demain, eux et les producteurs de céréales à paille comme le blé, l’orge, le seigle subissaient de nouvelles attaques de méchants parasites ?

Que les abeilles ne s’inquiètent pas. Voilà quinze jours, Barbara Pompili a signé le fameux « appel des coquelicots », où il est écrit : « Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes. » Bzzz, bzzz… 


Article signé des initiales J.-L. P. – Le Canard enchaîné. 07/10/2020

6 réflexions sur “Betterave aux néonicotinoïdes

  1. jjbey 10/10/2020 / 11:01

    Janus et compagnie sont aux commandes, les abeilles peuvent crever, pas grave on vous vendra des machines à poléniser…..

    • Libres jugements 10/10/2020 / 17:06

      Triste constat certes Françoise mais surtout et avant tout, c’est l’information relayée par les médias mettant en évidence auprès de tous les Français de la puissance des fabricants de poisons.
      Maintenant les deuxièmes fautifs sont encore (quoi qu’on puisse en dire, et même s’il faut plaindre certains), les agriculteurs de répandre cette saloperie en se fichant des conséquences sur la nature, pour l’avenir. Là encore les betteraviers comme les céréaliers ont une place à part dans l’agriculture, ce n’est pas le même problème auprès de l’agriculture paysanne qui elle a pris conscience des problèmes liés à ce genre de produit.
      Cordialement
      Michel

      • fanfan la rêveuse 11/10/2020 / 12:18

        Oui Michel, nos agriculteurs ont écouté les coopératives agricoles qui elles mêmes ont écouté les industriels. Et voila pourquoi nous en sommes là.
        Constat d’il y a peu, le glyphosate du commerce type Gamm vert, ne sert à rien.
        Pas contre aller voir un agriculteur, demandez lui de vous donner du glyphosate et vous allez voir comment celui-ci agit avec efficacité…
        De qui se moque t’on ?
        C’est vraiment prendre les français pour des C— !

        Qu’en aux betteraviers, comment faisait-on avant ?
        Il y avait plus d’insectes, qui eux faisaient leur travail.
        Pour les pucerons, il y a les coccinelles entre autres.

        Conscience, conscience, il y a encore du chemin à faire…

        • Libres jugements 11/10/2020 / 12:24

          Merci Françoise, pour ce commentaire qui effectivement conforte notre position contre l’épandage de tous ces poisons.
          Vous souhaitant un très bon dimanche peut-être en famille, bien entendu dans le respect des consignes sanitaires.
          Amitiés
          Michel

  2. Walter PASCOLI 10/10/2020 / 17:13

    « Nous sommes tous contre » mais on en reprendra bien une tranche … !

Laisser un commentaire