Étiquettes

La filière bio n’est-elle qu’un gros coup marketing ?

Mais ne baissez pas les bras. Tout n’est pas perdu. D’abord le bio a de vrais avantages sur le conventionnel. Par rapport aux produits chimiques, c’est « moins pire » que le non-bio, car vous limitez tout de même votre exposition aux pesticides[1], dont on connaît aujourd’hui les effets néfastes sur notre santé, notamment sur :

  • Le cancer[2]
  • Les maladies cardiovasculaires[1]
  • Le diabète…[3]

Mais il n’est pas toujours nécessaire de privilégier le bio.

[…]

Fuyez les grosses marques biologiques

[…] les grandes marques bio appartiennent souvent (directement ou indirectement) à l’industrie agroalimentaire. La qualité du produit passe alors après la rentabilité. Et c’est pareil pour le bio des supermarchés, qui est plus un argument marketing qu’un gage de qualité.

[…]

Prenez votre cabas et allez au marché

Si possible, achetez directement chez le producteur ou au marché (ou dans les Amap[5]). Non seulement, vous connaîtrez la provenance de ce que vous achetez, mais vous payerez souvent moins cher qu’au supermarché (car vous évitez les intermédiaires).

Favorisez également les petites fermes plutôt que les gros producteurs, et vous aurez la certitude de manger des produits de saison.

Petits maraîchers, producteurs de miel de la région, vignerons locaux, éleveurs de chèvres… ce sont ces personnes qu’il faut favoriser.

Prenez le temps de discuter avec eux de leur mode de culture, de leurs principes, etc. Certains, même s’ils ne sont pas labellisés, font le choix de se passer de pesticides, ou de privilégier un élevage plus respectueux.

Et si vous n’avez pas d’agriculteurs ou de marché à proximité, sachez que certains producteurs proposent de livrer directement chez vous des paniers de légumes chaque semaine.

[…]

Choisissez des produits de saison

Manger des tomates en hiver est une aberration totale. Pour éviter le gaspillage d’énergie et vous régaler d’aliments qui ont vraiment du goût, rien ne vaut d’être attentifs à la saisonnalité :

  • Printemps / été : tomates, aubergines, courgettes, fraises, pêches…
  • Automne / hiver : courges, poireaux, betteraves, navets, choux, brocolis, raisin, pommes, poires, kiwis…

[…]

Soyez attentifs à la provenance et adaptez vos habitudes alimentaires

Les produits transformés bio sont souvent très chers, et rarement bons pour la santé. N’essayez pas de remplacer tous vos produits habituels par « leurs clones bio ».

Pour faire simple, posez-vous la question : indispensable, utile ou superflu ?

« Si l’on met de côté le superflu, que l’on évite les aliments transformés en privilégiant les aliments bruts que l’on cuisinera soi-même, si on diminue sa consommation de viande, volaille et poisson en y substituant des alternatives végétales moins onéreuses, alors oui, on peut maintenir son budget alimentation dans les clous », affirme Gilles Lartigot dans son livre EAT2, Chroniques d’une société toxique.

D’une manière générale, il est toujours préférable d’acheter des produits bruts et de cuisiner soi-même plutôt que d’acheter des produits « tout faits ».

Ne soyez pas un « extrémiste du bio » : les aliments que vous pouvez consommer en conventionnel

Certains fruits et légumes de l’agriculture conventionnelle sont peu contaminés par les pesticides. C’est le cas notamment de ceux à peaux dures ou qui poussent dans la terre. Il n’est donc pas toujours nécessaire d’acheter bio pour se protéger des polluants.

Privilégiez le bio pour ces végétaux (souvent très pollués par les pesticides) :

  • Fruits : raisins, clémentines/mandarines, cerises, pamplemousses, fraises, nectarines, oranges, pommes, abricots, citrons
  • Légumes : céleris, herbes fraîches, endives, laitues, poivrons, pommes de terre, haricots, pois, poireaux, carottes, tomates, concombres

Pas nécessaire de choisir le bio pour ces produits (peu de résidus de pesticides) :

  • Fruits : kiwis, prunes, framboises, groseilles, bananes, mangues, ananas
  • Légumes : asperges, betteraves, choux-fleurs, patates douces, oignons, potirons, brocolis, choux pommés, navets, artichauts, champignons, épinards, blettes, aubergines, radis, courgettes[6]

Pour votre santé, privilégiez toujours le bio pour les aliments suivants : œufs, céréales complètes (farine, pain, pâtes, riz…), produits laitiers (lait, yaourts, fromages…), légumes secs (pois, haricots, lentilles…), bœuf et poulet, huile d’olive.

Et surtout, n’oubliez pas de tenir compte du goût !

Si vous êtes un peu gourmet (comme moi), vous avez peut-être remarqué que les produits bio ne sont pas toujours meilleurs au goût. Je suis par exemple très déçu des mozzarellas que je trouve en magasin bio : elles sont toutes fades et caoutchouteuses.

Heureusement, j’ai trouvé au supermarché une mozzarella délicieuse. Elle est fabriquée à 60 kilomètres de chez moi avec du lait de buffles de la région. Elle n’est pas bio, mais je peux vous dire que niveau goût, c’est une autre histoire…

Dans ce cas-là, je n’hésite pas à délaisser les produits bio pour de plus savoureux. On ne mange pas seulement pour sa santé, mais aussi pour se faire plaisir, non ?

[…]

Il faut sortir de son supermarché, partir à la rencontre des producteurs de sa région, se renseigner, tester, goûter, etc.


Florent Cavaler –Extrait de la NewsLetter « Pure Santé » (lecture libre) –