Étiquettes

Lafarge, laisse béton  

Faire du béton, c’est un sacerdoce. On est embêté de tous les côtés. Lafarge, le numéro un mondial du ciment, le sait bien. Voilà six-sept ans, le groupe avait dû signer des accords avec les terroristes de Daech pour qu’ils le laissent continuer de couler du béton en Syrie.

La justice l’a condamné pour ça, vu qu’elle ne comprend rien au business. Et voilà maintenant qu’elle se mêle d’une malheureuse centrale à béton située sur les bords de Seine, près de Bercy, sous prétexte de déversement d’eaux souillées et autres cochonneries (produits phytosanitaires ayant servi à nettoyer les camions, résidus de béton, etc.).

Bon, certes, il y a des vidéos, des photos, des témoignages, des prélèvements. On voit des employés nettoyer à grande eau des camions toupie pleins de résidus. Du liquide blanchâtre en dégouline, qui file dans la Seine. On voit des « déversements mousseux ». On parle de « fortes odeurs nauséabondes ». Des pêcheurs disent que ça dure « depuis plusieurs années »(« Le Monde », 4/9). En tout cas, il y a des signalements qui remontent à plusieurs mois.

L’affaire faisant du bruit, les riverains d’une autre centrale à béton située juste à côté du pont Mirabeau se réveillent. Ils rappellent qu’eux aussi ont transmis, il y a des années, des photos « accablantes »de camions toupie en train de vidanger directo dans la Seine. Le ministère de l’Ecologie, la Mairie de Paris sont pris à partie.

Tout ça est bidon, voyons. C’est Lafarge qui vous le dit.

Juste « un incident indépendant de [sa] volonté »dû à un acte de malveillance visant une plaque d’étanchéité, ce qui a entraîné « un écoulement temporaire ». Circulez, y a rien à voir.

La preuve ? Lafarge est un fervent partisan du développement durable. Il le dit haut et fort sur son site. Le développement durable, c’est l’« un des principaux piliers de [sa] stratégie ». Mieux : « Conscients de notre impact sur les écosystèmes, nous travaillons en partenariat avec des experts de parties prenantes locales pour contrôler et minimiser l’impact de nos activités tout au long du cycle de la vie d’un site. »

Si on commence à chercher des noises aux grandes entreprises vertes…


Article signé des initiales J.-L. P. – Le Canard Enchaîné. 09/09/2020