Étiquettes

Europe 1 : recrutement d’un journaliste de « Valeurs actuelles »

Début de semaine sous haute tension chez Europe 1. Une assemblée générale devait se tenir lundi 7 septembre à 10 heures, à l’appel de la Société des rédacteurs, et de trois syndicats de la radio du groupe Lagardère.

Objet de la réunion : le recrutement de Louis de Raguenel au poste de chef du service politique, que les journalistes de la station ont appris vendredi à la faveur d’une indiscrétion des sites Les Jours et La Lettre A.

A moins de deux ans de l’élection présidentielle, la venue d’un membre de la rédaction de Valeurs actuelles, l’hebdomadaire très droitier qui vient de grimer la députée Danièle Obonô en esclave dans un roman-fiction, interroge.

Selon nos informations, le journaliste Patrick Cohen, qui présente le journal de la mi-journée d’Europe 1, devait prendre la parole lundi matin afin d’exprimer son désaccord avec ce recrutement, tandis que la rédaction est appelée à se mobiliser pour obtenir un recul de la direction de la radio.

Ces deux derniers jours, les téléphones n’ont pas cessé de chauffer. Plusieurs journalistes, dont l’ex-animateur de la matinale, ont contacté Constance Benqué pour faire part de leur réprobation.

La présidente de la radio a commencé par défendre le choix de Louis de Raguenel, en invitant les journalistes à l’accueillir « sans sectarisme », avant de promettre de revenir vers eux. Dimanche, en fin de journée, la patronne, qui n’a pas retourné nos appels, restait aux abonnés absents. Attend-elle de voir la mobilisation de lundi pour prendre une décision ?

« Indigne de notre métier »

C’est par un Tweet envoyé vendredi que Louis de Raguenel, 33 ans, qui était jusqu’à présent rédacteur en chef à Valeurs actuelles, a fait savoir qu’il quittait l’hebdomadaire. « Un départ qui n’est pas lié à la récente publication du dessin sur Mme Obono. Dessin qui n’aurait pas dû exister », ajoutait-il.

Une précision dont Donat Vidal Revel, le directeur de l’information d’Europe 1, a pris acte dans un e-mail adressé à la rédaction. « Vouloir instruire à son encontre un grand procès politique n’est pas acceptable », y martèle-t-il. « Les personnes dont la parole à l’antenne est marquée politiquement sont éditorialistes, pas journalistes, rétorque un salarié. Là, il se trouve que Louis de Raguenel est un ancien membre du cabinet du ministre de l’intérieur », en l’occurrence celui de Claude Guéant, où il s’occupait de la stratégie et de la veille Internet (en 2011-2012).

Dans la foulée, le jeune homme avait pris en charge la communication numérique du cabinet du directeur de la police nationale, avant de rejoindre Valeurs actuelles en 2013.

Quelques mois seulement après son arrivée, il avait soulevé un tollé dans la profession pour avoir prétendu révéler les sources de deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, dans des enquêtes sur Nicolas Sarkozy. Quatorze rédactions s’en étaient émues, condamnant une attitude « indigne de notre métier ».

« A Valeurs actuelles, il était chargé du service police-justice, pas du service politique », relève à son tour un journaliste d’Europe 1, aux yeux duquel son rôle passé à l’UMP paraît incompatible avec le rôle d’un chef de service politique « qui doit être, par définition, oecuménique ». « C’est son manque d’expérience qui nourrit le procès politique, alors qu’il est clairement militant », tempête un autre.

« Louis de Raguenel est un excellent confrère, qui dispose de sources de première main et d’une relation de grande confiance avec de nombreux responsables politiques », défend Donat Vidal Revel dans son e-mail. C’est lui qui, en octobre 2019, avait décroché une interview d’Emmanuel Macron, à l’occasion d’un déplacement dans l’océan Indien.

Voici dix mois que la rédaction en chef politique d’Europe 1 était vacante, David Doukhan ayant rejoint Le Parisien et Aurélie Herbe-mont assurant l’intérim. Avant d’opter pour Louis de Raguenel, Donat Vidal Revel a donc vu de nombreux candidats. En vain.

Certains lisent dans ce choix le résultat de sa proximité avec Charles Villeneuve, vice-président de Valeurs actuelles et « omniprésent dans la rédaction », relate un témoin. « Louis de Raguenel m’a mis au courant quand c’était fait. Donat Vidal Revel m’en a parlé sans doute lorsque l’opération était conclue », dément le chroniqueur à l’émission « Les Grandes Voix ». Alors que ses audiences restent faibles, Europe 1, qui tient sa conférence de presse le jeudi 10 septembre, ne pouvait se permettre ce « bad buzz ».


Sandrine Cassini et Aude Dassonville – Le Monde – 08/09/2020


Notre avis … qui comme d’habitude ne regarde que nous : La radio Europe 1 veut-elle faire du buzz à la manière de RMC avec des s……… telle l’équipe des grandes Gueules … où va ce média, quel parti politique Europe 1 entend-t-il aider à l’approche des futures élections à venir … ???  MC