Étiquettes

… Trump sera plus dangereux que jamais.

Les conventions démocrate et républicaine se sont succédé durant deux semaines dans une ambiance surréaliste et un peu glauque, ne suscitant presque aucun intérêt.

Une fois encore, les démocrates ont raté une opportunité et commis la même erreur qu’il y a quatre ans en offrant un temps de parole excessif aux républicains anti-Trump au détriment de l’aile gauche du parti. La pauvre Alexandria Ocasio-Cortez, pourtant aujourd’hui la seule véritable star du Parti démocrate, a eu nettement moins de temps pour s’exprimer que l’obscure Susan Molinari, une ancienne représentante républicaine de Staten Island au Congrès.

Les réactions sur les réseaux sociaux ne se sont pas fait attendre. Colère contre l’establishment démocrate, appels au boycott de la campagne Biden/Harris et à ne pas aller voter ou bien alors pour les Verts, etc.

Joe Biden avait voulu s’adresser avec cette convention à un large public et espérait que la présence de membres du parti de l’éléphant revenus – par opportunisme ? – du trumpisme attirerait les électeurs centristes. Erreur sur toute la ligne. On sait bien que les conventions ont uniquement pour but de motiver les troupes. Jamais de gagner les électeurs indécis qui ne suivent pas ces longues messes indigestes et se décident le plus souvent en fonction des spots publicitaires payés par les partis.

Donald Trump, lui, a bien compris tout cela et n’a parlé qu’à sa base, rassemblée en partie le 27 août, dernier jour de la convention républicaine, sur la pelouse de la Maison-Blanche. Maison-Blanche devenue dans la bouche du démagogue en chef « la maison du peuple » et transformée pour l’occasion et en toute illégalité, en tribune politique pour l’usage exclusif d’un parti – à la fin de la soirée, une orgie pyrotechnique a illuminé l’obélisque du Washington Monument qui fait face à la résidence présidentielle, accentuant cette privatisation sans précédent des symboles de la capitale fédérale…

Bref, oublions ces deux sinistres conventions et tournons la page, la campagne présidentielle américaine entrant maintenant dans sa dernière ligne droite.

Une fois encore et à l’inverse de la plupart des analystes politiques, je reste convaincu que Donald Trump a de sérieuses chances de remporter l’élection. Joe Biden est le pire candidat démocrate depuis Michael Dukakis en 1988. Très mauvais en débat, il risque de s’effondrer lors de ceux qui l’opposeront au président sortant.  Et ce n’est pas son choix d’avoir comme colistière Kamala Harris, une sénatrice de centre droit dont la nomination a, selon le New York Times, réjoui Wall Street qui devrait pousser les soutiens de Bernie Sanders à aller voter en masse. Par contre, ce choix, pour des raisons tristement évidentes, pourrait avoir l’effet inverse sur les aficionados de l’actuel hôte de la Maison-Blanche et autres suprémacistes blancs -la communauté noire, quant à elle, ne considère pas Kamala Harris, fille d’émigrants venue d’Inde et de Jamaïque, comme une « vraie Afro-Américaine ».

De plus, la progression de Howie Hawkins, candidat du Green Party, dans les intentions de vote n’est pas de bon augure pour le camp démocrate. En effet, de très nombreux supporters d’Elizabeth Warren et Bernie Sanders ayant décidé de rejoindre les Verts, le risque est grand pour Biden de ne pas faire le plein des voix auprès des progressistes.

Et c’est sans parler ici du risque de voir les électeurs démocrates rester chez eux le jour de l’élection pour cause de Covid-19, tandis que les électeurs républicains qui, dans leur grande majorité se fichent de la crise sanitaire comme d’une guigne, devraient, eux, se ruer sur les bureaux de vote – et que les naïfs qui comptent sur le vote par correspondance pour changer la donne n’y mettent pas trop d’espoir, ils risqueraient d’être déçus !

On pourrait également mentionner le fait que pour une majorité d’Américains, le Donald reste le seul qui puisse maintenir l’économie du pays à flot en ces temps de crise, le seul aussi à pouvoir incarner la loi et l’ordre face à des mouvements de protestations qui n’en finissent pas et à une vague de violence sans précédent depuis des décennies.

De ce côté-là, il faut reconnaître que des maires démocrates, comme Bill de Blasio, aujourd’hui au centre de toutes les critiques pour son laxisme envers la délinquance, ne font pas grand-chose pour aider. New York, qui était devenue une ville sûre, renoue avec la violence. Au 9 août, la ville avait recensé 244 meurtres depuis le début de l’année, contre 189 l’année précédente, soit une hausse de 29 % tandis que le nombre de fusillades s’est envolé de 78 %, passant de 466 à 833 !

La ville dont le centre est déserté depuis le début de la pandémie semble en pleine déliquescence : vols à l’arraché qui se multiplient, boutiques ravagées, courses-poursuites de voitures en plein jour, parcs abandonnés – des milliers de fonctionnaires municipaux ont été licenciés – et transformés en décharges publiques…

Bill de Blasio, tétanisé par le politiquement correct, en est même arrivé dernièrement à laisser des centaines de vendeurs à la sauvette s’installer tout au long de la 5e Avenue avec leur stock de faux sacs Louis Vuitton et Gucci. Les fraudeurs, qui autrefois pratiquaient leur business en catimini du côté de Canal Street, ne se cachent même plus. Ceux-ci étant issus des minorités, la police a ordre de ne pas intervenir. Et tant pis si le marché noir de la contrefaçon de produits de luxe prive New York de près d’un milliard de dollars en taxes par année…

Bref, quoi qu’il en soit, il est aujourd’hui un fait indiscutable : qu’il perde ou qu’il gagne, après le 3 novembre prochain, Trump sera plus dangereux que jamais.

S’il perd, outre qu’il entraînera sans doute le pays dans une crise institutionnelle avec un recomptage sans fin des bulletins, il est tout à fait possible qu’il profite de ses derniers mois à la Maison-Blanche pour mener une politique de fuite en avant. Débarrassé du fait d’avoir à en assumer les répercussions économiques, il pourrait par exemple décider de lancer une guerre préventive contre l’Iran sans passer par le Congrès ou bien une attaque contre le régime de Maduro au Venezuela.  Sans oublier différentes actions possibles à l’encontre de la Chine.

S’il sort vainqueur du scrutin, là, aucun doute possible, il va y avoir du sport !

Avec son acquittement au début de l’année par le Sénat dans le cadre de la procédure d’impeachment initiée à la Chambre des représentants par les démocrates, le Donald a vu jusqu’où l’élite républicaine était prête à aller dans la compromission afin de conserver ses faveurs. Élite républicaine qui, il y a un peu plus de quatre ans seulement, criait haut et fort que le candidat Trump était inapte à exercer la fonction présidentielle et un danger pour la démocratie.

Avec cet acquittement, le leader populiste a donc compris que presque tout lui était permis tant qu’il garderait la majorité au Sénat et la main sur le parti.

D’où ses déclarations intempestives qui depuis quelques mois visent encore plus qu’avant les fondements même de la démocratie américaine que sont la balance des pouvoirs entre le législatif et l’exécutif, l’indépendance de la justice, le respect des échéances électorales, le droit des États et la liberté de la presse.

D’où ces décrets sans nombre qui se succèdent, contre des syndicats, les immigrés, les GAFA, etc.

Que les bobos qui ont voté Biden aux primaires et se sont réjouis de la marginalisation d’Alexandria Ocasio-Cortez durant la convention s’y préparent. Si Trump est réélu, la démocratie américaine pourrait alors commencer à se rapprocher dangereusement dans les faits des « démocratures », ces prétendues démocraties qui en réalité n’en sont plus véritablement une.

Une présidence plus proche de celle de Recep Tayyip Erdoğan que de celle de George Washington est peut-être au final ce qui les attend.


Romuald Sciora – La lettre IRIS N°766 – Source (lecture libre)